System'D - Association
Carnaval de Cholet

Tout sur System’D , Les Actualités du Carnaval de Cholet, Photos et Videos! (Qui sommes nous ?)

BLOG

Tous les articles de System’D Association Carnaval Cholet depuis la création du Blog 6temdassos.fr en Janvier 2010.

Du plus récent au plus ancien.

Les « images à la une » apparaissent dans la marge à gauche de la liste des articles et en partie dans le bandeau supérieur (Top).

Les articles les plus anciens ne bénéficient pas tous d’une « image à la une ».

Afin de partager vos émotions, vos souhaits, tout ce que vous voulez… n’oubliez pas de mettre un commentaire sous chaque article qui retient votre attention. C’est simple, c’est pratique, c’est convivial.

Les commentaires sont rapidement publiés.

Revivre la mi-Carême 1956 (1)

Posté by le 6 h 08 min dans Années 60, Historique, Video | 0 commentaire

Revivre la mi-Carême 1956 (1)

Tu te fais un film… Oui, c’est possible ! Sur le site Ciclic, le film muet numérisé (9mm) d’André Chamrobert fait revivre la 39e mi-carême de Cholet du 11 mars 1956 presque dans son intégralité.  Un soleil radieux venu du midi Des spectateurs en grand nombre, des balcons surchargés et des chars qui «espantent» (surprennent) les visiteurs tout joyeux venus spécialement du midi de la France pour découvrir la 39e mi-carême de Cholet, la grande fête des Mauges. Alors que rien ne va plus en 2021, à nous de revivre aujourd’hui la mi-carême de Cholet 1956. Un programme très mouchoir Innovation : le programme de 1956, s’ouvre dans le sens de la longueur et pour 100 francs, vous savez tout puisque des plans précis présentent le deux parcours des Carnavaliers, celui du jour et celui de la nuit. Pour être encore plus précis, dans les défilés, chaque musique et chaque groupe sont précédés par un porte-pancarte, un peu comme aux Jeux Olympiques… Itinéraires Tout commence par une retraite aux flambeaux le samedi soir. Itinéraire du dimanche après-midi (à partir de 13h30) : boulevard Gustave-Richard, place de la République, boulevard Faidherbe, place du 77e R.I. rue du Paradis, avenue Gambetta, rue Nationale, place Travot, boulevard Gustave-Richard, place de la République, boulevard Faidherbe, place du 77e R.I., rue du Paradis, place Saint-Pierre, rue Georges-Clemenceau, place Travot. Itinéraire du dimanche soir : place du 77e R.I., boulevard Faidherbe, place de la République, boulevard Gustave-Richard, place Travot, rue Nationale, rue du Paradis, place Saint-Pierre. Chauffage intégré Dans la crainte d’un froid dimanche, rien n’a été négligé et des tribunes chauffées sont accessibles pour le même prix que le programme. Suivez le bœuf Le bœuf gras, on l’a vu, n’est plus d’actualité, donc, vive le bœuf gras ! On rit de celui qu’on a pesé et admiré pendant plusieurs décennies. Du cheval au tracteur Des chevaux et des tracteurs entièrement recouverts tractent les chars. Les carnavaliers disposent même d’un tracteur de secours de Somloire. Au programme Quelques photos Photos extraites du film ci-dessus À suivre Saumur, Mémoires de Fêtes Liens : 1992 – Premier Festival des Géants 1992 2018 – De Géants en Géants – Hommage aux créateurs de Géants saumurois...

lire la suite

Tout le monde sur le pont

Posté by le 16 h 00 min dans 2021, Construction, Évènements, Video | 1 commentaire

Tout le monde sur le pont

900e article de 6temdassos : Branlebas ! tout le monde sur le pont ! Depuis plusieurs semaines, dans l’atelier des carnavaliers, l’activité a repris le cours qui était le sien avant l’épidémie. Toute l’équipe System’D est d’attaque et debout sur le pont de son bateau. Un nouveau calendrier pour les carnavaliers Le calendrier, comme le bateau, est un peu déboussolé. Si l’épidémie n’avait pas sévi, à cette époque de l’année le nouveau char commencerait tout juste à émerger du sol. En ce mois de septembre 2021, c’est tout différent. Le char est bien construit et depuis longtemps, protégé de la poussière par des bâches. L’époque actuelle ressemble à un long mois de mars pendant lequel la réalisation du char atteint son but.  Manque de pot ! Car, de confinement en confinement, depuis le début de l’année 2020, la liberté en a pris à son aise. Elle a vu un  premier été passer puis l’hiver, un autre été pas trop ensoleillé, pour ne laisser de regrets à personne d’avoir continué de se prémunir contre l’épidémie. Et des Cassandres sont toujours en éveil pour nous annoncer une reprise de l’épidémie au cours de cet automne. Plus de peau… Mais si tout va bien, le carnaval reviendra réjouir tout le monde (et il y en aura bien besoin) en mai 2022. Le bateau de System’D finira bien par voguer. Depuis le temps, pas étonnant que son timonier n’est même plus la peau sur les os ! Pots de peinture Mais il faudra encore attendre la fin de l’hiver pour que toutes les parties du char prennent leurs couleurs définitives. Allumez le feu plein pot ! Même si tout le monde est sur le pont, le moment de larguer les amarres est encore lointain. Les grandes courses au large se préparent longtemps à l’avance ! Alors, pour égayer la morosité de ces derniers temps, rien de mieux que d’allumer les kits terminés couverts de LEDs et d’admirer dès maintenant le travail des électriciens avec les photos de Bernard et les images de Solène. AG Ces deux lettres pour rappeler à tous les system’D l’Assemblée générale du samedi 2 octobre. Qu’on se le dise ! Mémoires de Fêtes à Saumur Lien : Cliquez ici – L’histoire fleurie de Saumur : 1962 Cliquez ici – Une année pleine d’émotions :...

lire la suite

Automobiles en mi-carême 1949

Posté by le 5 h 48 min dans 2020, Années 40, Défilés, Historique | 0 commentaire

Automobiles en mi-carême 1949

Deux automobiles de la 32e mi-carême en 1949 Sous le soleil, la mi-carême de 1949 se caractérise par de grands chars Les tracteurs sont de plus en plus utilisés pour les tracter. Voilà qui prouve que la reprise économique est en cours. À l’approche des années 50, les automobiles se font aussi plus nombreuses. Et l’habitude est déjà prise d’en faire participer quelques unes au défilé de la mi-Carême.  En ce 27 mars 1949, l’attention des spectateurs se porte sur deux automobiles Citroën. La Citroën AC4F Avec son phare central, voici la Citroën AC4F de 1928, toujours vaillante. Cette automobile a été produite en 121 000 exemplaires jusqu’en 1932. Dans le défilé du 27 mars 1949, elle accompagne des représentants, vendeurs de chemises… La Citroën Traction Dans le défilé, quoi de plus naturel qu’une Traction Citroën, (ici en version 3 portes, mais difficile de préciser exactement le modèle). Cette célèbre automobile a été produite de 1934 à 1957. Outre sa « traction avant » (ce qui est un pléonasme), elle bénéficiait d’une structure monocoque, de freins hydrauliques et de suspensions indépendantes sur les quatre roues. Cette automobile a traversé la seconde Guerre mondiale. Le cinéma d’après guerre a conforté sa légende. C’est ainsi qu’en ce jour de mi-carême, notre Traction entraîne dans son sillage un gang de « grosses têtes » à la mine patibulaire : des gros bonnets de la pègre. De belles voitures dans le défilé carnavalesque… *Liens sur le site : A, B, C, D. Échos de Normandie – Suite du voyage en «Carnavalie» Forges-les-Eaux Les 4 000 Forgionnes et Forgions de Forges-lès-Eaux en Seine-Maritime (arrondissement de Dieppe) présentent chaque année la « Fête Brévière ». En 2019, du 4 au 7 octobre. De l’élection de Miss Forges au défilé festif dans les rues de la ville, de nombreuses animations (fête foraine, braderie, foire, concours de pétanque) réjouissent habitants et visiteurs. Juste avant le défilé, une gerbe est déposée au monument aux morts en présence de l’harmonie locale. Suivent deux heures de liesse dans les rues de la ville : musiques et danses brésiliennes, Show Bobbin’s, majorettes, personnages de Star Wars, chars fleuris… La fête s’achève par un lancer de roses et confetti du haut du balcon de l’hôtel de ville par Miss Forges et ses dauphines, au côté du maire et du président du comité des fêtes Jean-Claude Henry. Si tout va mieux, Forgionnes et Forgions tenteront de renouveler l’exploit le 2 octobre 2020. Ville : Forges-les-EauxFête « Brévière » Gournay-en-Bray  Le 21 juillet 2019, les Gournaisiennes et Gournaisiens de Gournay-en-Bray (Seine-Maritime / 6 500 habitants) et leurs invités et touristes se sont massés sur les trottoirs de Gournay-en-Bray pour participer au grand défilé de la 66e Saint-Clair. 12 chars, 8 fanfares et groupes de majorettes et beaucoup de confetti : Le comité des fêtes a de nouveau ravi les spectatrices et les spectateurs. Ville : Gournay-en-BrayLe défilé de la Saint-Clair Saumur Mémoires de fêtes LIEN : Le Comité des fêtes, la Foire-exposition, le défilé...

lire la suite

Dyna, 28 mars 1954

Posté by le 6 h 26 min dans 2020, Amis, Années 50, Défilés, Historique | 0 commentaire

Dyna, 28 mars 1954

Dyna, lot d’exception Souscription « Tentez votre chance, amies spectatrices et amis spectateurs de la 37e mi-carême de Cholet du 28 mars 1954 : Ce soir, Dyna sera peut-être à vous ! » 37e Mi-Carême de Cholet 28 mars 1954 Le Comité des fêtes de Cholet n’hésite pas à mettre en jeu les plus belles voitures pour les mi-Carêmes. En 1954, c’est la toute récente Panhard Dyna 54 qui est à l’honneur. De mauvaises langues racontent que son étanchéité n’est pas terrible, mais qu’importe, cette voiture va remporter un vif succès, d’autant qu’elle innove tant dans l’esthétique que la mécanique. Sa bouche à l’avant (phare anti-brouillard) paraît irrésistible. Ce que l’histoire ne dit pas, c’est qui fut l’heureux gagnant du gros lot de la tombola (la souscription). Alors, si quelque témoin s’en souvient…  Panhard Dyna 54 Le 17 juin 1953, au restaurant «Les Ambassadeurs» à Paris, la nouvelle automobile Panhard (marque française) Dyna Z est présentée aux journalistes spécialisés sous le nom de « Dyna 54 ». Elle sera produite de 1954 à 1959. Sa carrosserie était en alliage aluminium / manganèse. Sa masse à vide était de 650 kg. Cette voiture pouvait atteindre 130 km avec un moteur de 610 cm3 de 28ch, consommant 3,5 à 4l aux 100 à 80 km/h de croisière. Le pare-brise courbe de Saint-Gobain était éjectable en cas de choc. La structure avant du véhicule était déformable. En 2020, cette voiture passionne toujours les collectionneurs. Photo Mi-Carême – Courrier de l’Ouest – 29 mars 1954Photo de l’arrière de la Panhard Dyna 54 – Panhard-Racing-TeamSite Panhard Dyna 54 Chronique du 28 mars 1954 En ce 28 mars 1954, la bataille de Ðiện Biên Phủ fait toujours rage, mais plus pour très longtemps. Pendant que des débats n’en finissent plus sur l’arsenic, le pétrole jaillit dans les Landes. Échos de la Vienne (1) Le voyage en « Carnavalie » continue. L’étape d’aujourd’hui nous conduit à Neuville-de-Poitou. Neuville-de-Poitou Saint-Jean en est tout contrit : Partout dans le monde, sa fête en 2020 est passée inaperçue et pour cause ! Mais en 2019, comme tous les deux ans, Les Neuvilloises et les Neuvillois ont dignement célébré la Saint-Jean et le solstice d’été. Il en est ainsi depuis 1962. Neuville-de-Poitou (5 400 habitants) se situe dans la Vienne. À 40 Km de Neuville, la commune de Rouillé participe aux défilés neuvillois. Chars et groupes musicaux ont défilé le samedi soir 15 juin et le dimanche après-midi 16 juin, offrant un spectacle éclectique à une foule nombreuse pour le plus grand plaisir des bénévoles maître d’œuvres de cette fête. Les spectateurs ont admiré les chars Super Mario, Offshore, La Montgolfière, Les Licornes, Vaïana et les Super Héros et le char de Miss Haut-Poitou et ses dauphines. Pour accompagner les chars : Les Bartos, Music and Show, Marching-Band-Espérance, Les Dynamic Parade (majorettes), La Banda de Smarves, Dieule Dieule, L’Harmonie de Neuville, La Banda de Laleu, Les Bégrochristo’s et Musicavarennes. La fête foraine a conclu cette jolie fête. Ville de Neuville-de-PoitouPhotos et documentation – Nouvelle RépubliqueAutres photos ci-dessous extraites de la vidéo « TV Ouest » ci-dessous Les fêtes à Saumur 1803 2020 Lien : SAUMUR, MÉMOIRES DE...

lire la suite

Moulins et moulinets (2)

Posté by le 5 h 17 min dans 2021, Amis, Défilés, Historique | 0 commentaire

Moulins et moulinets (2)

Des moulins, des moulinets, des éoliennes Quoi de plus magique que des moulins dont les ailes tournent et semblent effectuer un mouvement perpétuel comme les aiguilles d’une montre ? Sur les chars de carnaval les plus anciens, les moulins ont été probablement les premières machines animées alors que les enfants se réjouissaient de tenir à la main des moulinets tournant au moindre souffle. Si les éoliennes produisant de l’électricité remplacent aujourd’hui les moulins d’autrefois, qu’ils soient sur pivots ou à tours, les anciens moulins, restés longtemps sans leurs bras, sont maintenant l’objet de restauration. C’est le cas des moulins du Mont des Alouettes, par exemple. Parmi les moulins, il ne convient de ne pas oublier les moulins à eau plus fréquents autrefois que les moulins à vent jusqu’au 18e siècle. Page spéciale Moulins Rouges Moulins des coteaux 84e carnaval de Cholet – Les 22 et 28 avril 2001, l’équipe de carnavaliers de Cholet Cas 2000 (Grolleau – Bérard) présente  Enfin Libres. 1er juillet 1962, Défilé fleuri de Saumur sur le thème Saumur et son Histoire. Un petit moulin domine le char de Nantilly Louis XI à Notre-Dame de Nantilly. Près du château, le coteau saumurois étaient couverts de moulins. Il n’en reste que le nom d’une rue : la rue des moulins. 29 juin 1975, Défilé fleuri de Saumur sur le thème Rêves et les souvenirs. Bagneux place un petit moulin sur son char qui évoque d’anciens chars : Souvenirs de cavalcades. Un moulin du Mont des Alouettes 62e Mi-Carême de Cholet – 1er avril 1979. Sur ce char En passant par le Mont des Alouettes, tenant son arme sans intention belliqueuse, le Vendéen exprime le rêve, voire la sérénité. De face, l’un des deux moulins du Mont des Alouettes s’efface derrière lui. Mais il est bien présent, se laissant découvrir ainsi que le calvaire, quand passe le char. Moulin à vent – Moulin à eau 22 juin 1986, Défilé fleuri de Saumur sur le thème Les grandes découvertes. Saint-Hilaire – Saint-Florent illustre ce thème avec un moulin à eau et un moulin à vent angevin sur pivot. Le moulin et le chat 93e carnaval de Cholet – Les 11 et 17 avril 2010, l’équipe de carnavaliers de Cholet Skizo-Carnaval présente Le Chat Pitre des Contes de Perrault. Au sommet du char, un moulin. Comme un drone 94e carnaval de Cholet – Les 10 et 16 avril 2011, l’équipe de carnavaliers de Cholet System’D présente  Le rêve d’Icare. À l’avant du char, un bateau volant, façon Jules Verne, inspiré de l’engin de Robur-le-Conquérant, le précurseur de l’invention des drones. Moulinets géants 96e carnaval de Cholet – Les 21 et 27 avril 2013, l’équipe de carnavaliers de Cholet Les Accrochars présente Les Amis d’Éole. Le dieu du vent printanier éveille la nature. C’est dans l’air 99e carnaval de Cholet – Les 17 et 23 avril 2016, l’équipe de carnavaliers de Cholet Les Diablotins présente L’Air du temps. Une étrange machine emporte son pilote à traverser les espaces du temps. Son hélice tourne lentement, comme celle d’un moulin. Bricolo-Dingo visite une planète qui lui sied bien. C’est Dingo-Planet avec de jolis moulinets dans le décor. Un moulin-bateau Dernière Grande Parade saumuroise le 30 juin 2018. Saint-Lambert-des-Levées présente le char Yolande d’Aragon. À l’avant de ce char, un bateau-moulin comme il en existait...

lire la suite

Des moulins et des moulinets (1)

Posté by le 6 h 00 min dans 2021, Amis, Défilés, Historique | 0 commentaire

Des moulins et des moulinets (1)

Des moulins, des moulinets, des éoliennes… Quoi de plus magique que des moulins dont les ailes tournent et semblent effectuer un mouvement perpétuel comme les aiguilles d’une montre ? Sur les chars de carnaval les plus anciens, les moulins ont été probablement les premières machines animées alors que les enfants se réjouissaient de tenir à la main des moulinets tournant au moindre souffle. Si les éoliennes produisant de l’électricité remplacent aujourd’hui les moulins d’autrefois, qu’ils soient sur pivots ou à tours, les anciens moulins, à l’esthétique plus racée, restés longtemps sans leurs bras ou paralysés, sont maintenant l’objet de restauration. C’est le cas des moulins du Mont des Alouettes, par exemple. Parmi les moulins, il ne convient de ne pas oublier les moulins à eau plus fréquents autrefois que les moulins à vent. Page spéciale Moulins Rouges Premier moulin sur un char de carnaval Le moulin le plus ancien sur un char choletais est daté du 23 août 1885, bien longtemps avant le décompte des mi-carêmes. C’était le char de l’Horticulture semble-t-il, même s’il n’existe pas, en Anjou, de lien direct entre les fleurs et le moulin. Le char était tracté par trois paires de bœufs, une autre forme d’énergie puissante et efficace. Il s’agissait d’un moulin bien angevin sur pivot. Ce type de moulin était en réalité constitué de deux parties très distinctes. Le cône de base était en pierre, le moulin en bois, de forme cubique, qu’il fallait orienter selon le vent dominant. Au 21e siècle, il reste un grand nombre de ces cônes, souvent abandonnées, parfois bâtis sur des caves – moulins caviers. Le moulin rose Pour la 8e mi-carême de Cholet, le 2 mars 1913, voici un moulin-tour, intitulé La légende du moulin rose. Les ailes tournent aussi, mais sans voiles… Si quelqu’un connaît cette légende, merci de la partager. Pour orienter les ailes de ce type de moulin, il est nécessaire de faire pivoter l’ensemble de sa charpente. Pour la petite histoire, près de Rouen, le cabaret-dancing Le Moulin Rose a fêté ses 90 ans en 2017. Adieu moulins… Entre les deux guerres mondiales, l’ère du progrès et de la modernité, et l’illusion qu’ainsi le monde serait meilleur, rendit caduques les moulins à vent alors que les minoteries s’imposaient partout et que les scieries s’équipaient de moteurs électriques. Pour échapper au génie bien français des taxes dans tous les genres, la solution consista à abattre les ailles des moulins. Ainsi, ils ne ressembleraient plus qu’à de sinistres cabanes… C’est cette étrange scène qu’illustre un char de la 18e mi-carême le 10 mars 1929 sous le titre : Les adieux au moulin. Nostalgie ou réjouissance pour fêter l’avènement d’un nouveau monde ? Moulins de Hollande L’autre pays des fromages est aussi l’autre pays des moulins… Utilisés principalement pour le drainage des eaux dans les polders, ces moulins ont failli aussi disparaître. Un millier d’entre eux revit aujourd’hui. Leur aspect caractéristique, l’UNESCO Le tourisme et l’écologie les ont sauvés.  Moulins de Hollande Lors de la 27e Mi-Carême  de Cholet, le 27 mars 1938, défilait ce char Sous le ciel de la Hollande. Pas de chance pour le ciel de la Hollande, au cours de cet après-midi de mi-carême : il a souvent plu. Devant  un moulin, ce char présente un trio de danseurs, deux néerlandaises portant...

lire la suite

Merci, P’tit Claude !

Posté by le 7 h 47 min dans 2021, Amis, Évènements, Infos | 1 commentaire

Merci, P’tit Claude !

Le mercredi 22 avril 2020, en pleine pandémie, alors que le confinement retenait toute la population à domicile, P’tit Claude (Claude Grolleau), carnavalier depuis l’âge de onze ans s’éteignait discrètement à l’âge de 75 ans. P’dit Claude, mémoire de notre carnaval Un hommage impossible en 2020 Ses obsèques eurent lieu le lundi 27 avril. Au drame qui venait de se produire s’ajoutait l’impossibilité pour les carnavaliers de Cholet de l’accompagner une dernière fois afin de lui dire merci. Merci pour son sourire, merci pour tous les services qu’il avait rendus au carnaval sans compter son temps. L’atelier des carnavaliers, c’était sa seconde maison, peut-être même la première. Le confinement l’avait séparé de sa passion et de son chez-lui. Sombre année 2020 Les semaines, puis les mois ont passé. De déconfinements en reconfinements, les déceptions n’ont pas manqué pour les carnavaliers déjà privés de fête. Le plus bel hommage aurait été d’offrir à P’tit Claude ce 103e carnaval qu’il préparait avec la même détermination et le même plaisir que ses premières réalisations d’enfant ébloui par les lumières scintillantes. Il n’en fut rien : Les chars sont toujours dans les starting-blocks et les enfants d’aujourd’hui grandissent vite. Les costumes préparés pour avril 2020 seront trop étroits en 2022… L’éclaircie La situation semble aujourd’hui s’éclaircir enfin, en partie grâce aux vaccins. Le moment était donc venu d’aller lui dire à haute voix ce « merci » qui languissait au fond des cœurs depuis si longtemps. Hommage de juin 2021 – Émotion partagée En cette soirée du mercredi 16 juin 2021, un long cortège est venu rendre hommage à P’tit Claude, tout près de lui et de son frère Michel. Pour concrétiser ce « merci », les carnavaliers ont déposé sur sa tombe une modeste sculpture, comme un clin d’œil. Cet hommage s’adresse aussi à ces carnavaliers qui nous ont quittés auparavant et au cours de cette année terrible 2020. Symboles sculptés Les lettres AAC (Amicale des Carnavaliers de Cholet) ont pris un autre sens.  Le A est constitué d’un pinceau. (Celui-ci rappelle les dernières retouches que Claude effectuait en courant derrière son char) et d’un des brins de l’échelle qu’il a si souvent escaladée. Entre les deux, son pot de colle posé sur une planche d’échafaudage.Le premier C représente une barrette de kit électrique.Le deuxième C représente une aiguille courbe qui servait autrefois à coudre les toiles de jute. P’tit Claude était un « pro » de la couture. L’aiguille qui semble traverser le socle est également l’initiale de Claude. Photos Bernard Que le spectacle continue ! Après cet hommage, la grande famille des carnavaliers, tenus si longtemps éloignés les uns des autres, s’est rassemblée dans le hangar, tout en respectant toujours les règles sanitaires contraignantes, afin de rêver tout haut de jours meilleurs… afin que le spectacle recommence et continue le plus vite possible...

lire la suite

Reprise – Et de 3 !

Posté by le 5 h 22 min dans 2021, Amis, Évènements, Infos | 0 commentaire

Reprise – Et de 3 !

Un, deux, trois, soleil ! (pour la reprise) En attendant des jours encore meilleurs, les carnavaliers de System’D ont anticipé la reprise officielle du 9 juin 2021, espérant que cette fois-ci ce sera la bonne. Faudra-t-il vacciner la liberté pour s‘assurer de ne pas la perdre à nouveau ? Revivre vraiment Ce n’est pas demain que le navire de System’D prendra la mer mais nous sommes déjà heureux de ne plus être enfermés dans la même galère. Pour l’instant, le pilote à la barre se fait vraiment de vieux os et les enfants grandissent sans carnaval… Première reprise : 4 octobre 2020Deuxième reprise : 18 décembre 2020 Le 28 mai, les carnavaliers de System’D se sont retrouvés sous le soleil pour de sympathiques moments en commun autour du char et à l’extérieur des ateliers en tentant d’oublier ces mois passés d’inaction et sans partage. Photos Bernard Du nouveau Et dans ce monde maussade, afin de garder le souvenir des fêtes saumuroises, un nouveau site internet est à l’essai depuis le 1er juin 2021. Il ne sera conservé que si son audience est suffisante. Au programme, les grandes heures saumuroises auxquelles participèrent des générations de bénévoles et souvent des carnavaliers choletais: les défilés fleuris, les géants, les grandes parades, les foires-expositions, les fêtes nationales, les spectacles d’été, les festivals de musiques militaires…  Peut-être aussi un moyen de tisser le lien, à plus moins long terme, avec le retour de l’une de ces fêtes. Il est toujours permis de rêver… LIEN : Saumur – Mémoires de...

lire la suite

Collection de flacons (2)

Posté by le 6 h 16 min dans 2021, Amis, Années 60, Années 70, Historique | 0 commentaire

Collection de flacons (2)

Carnavals et défilés festifs ont souvent apprécié partager de bonnes bouteilles, qu’il s’agisse de magnum ou de melchior, que les grands crus se promènent librement dans la rue ou qu’ils soient placés sur un char, c’est  toujours d’un grand format qu’il s’agit. Voici donc la deuxième partie d’une collection de flacons et de bonnes bouteilles. Levons notre verre à la santé du carnaval ! Les années 1960 et 1970 Le 8 mars 1964, le géant Bacchus choletais lève son verre à la santé de la 47e mi-carême, Bacchus et ses disciples. Le 26 juin 1966, pour fêter les vingt ans des fêtes saumuroises, la commune de Bagneux arbore de nouveau une belle bouteille sur son char Les délices du jus de la treille… Le 29 juin 1975, le défilé fleuri de Saumur illustre les rêves et les souvenirs. Une nouvelle fois, Bagneux place une bouteille au milieu de son char Souvenirs de Cavalcades. Comme quoi, c’est une bonne idée de conserver des décors des chars du passé. Les années 2000 – Les contraintes Les règles sur la consommation d’alcool se sont faites de plus en plus contraignantes. Alors, plus personne n’ose évoquer le dieu Bacchus. À partir de 2005, il est devenu obligatoire d’afficher la formule À consommer avec modération. En conséquence, les chars portant quelque bouteille deviennent rares. Anniversaire Le temps passe, le 2 juillet 2006, Saumur célèbre soixante ans de festivités. Pour fêter cet anniversaire, le maître saumurois, Claude Hamelin, a imaginé un char dont la table porte les ingrédients de la fête : un gâteau et une bouteille qui pétille sous un large feu d’artifice.     Voyage en carnavalie Arès Arès est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde. Sa population d’environ six mille habitants fête chaque année son carnaval. Sa dernière édition était prévue le 11 avril 2020. Voici quelques chars de précédentes éditions dont l’un portait verre et bouteille  en 2010. Carnaval d’Arès 2017) Le Havre C’est au mois d’août que les Havraises et Havrais, depuis plus de cent ans, fleurissent les rues de la ville à l’occasion du « Corsiflor ». En 2013, un moulin rouge, verre, bonne bouteille et bouchon qui saute étaient de la fête. Particularité de ce défilé fleuri de la ville du Havre, les chars les plus longs de France. Corsiflor Castelnaudary Cf l’article Étapes culinaires – Fête du cassoulet Vibraye Cf l’article Vibraye – Corso fleuri Jusqu’à plus soif ! Le 30 juin 2018, ultime ivresse… Les Saumurois fêtent leur dernière Grande Parade  autour d’une bouteille typiquement locale – même s’il s’agit d’une restauration !  Photographies: Archives de l’Amicale des Carnavaliers de CholetArchives du Comité des fêtes de SaumurArchives C. PercereauCorsiflor – Le Havre (France-bleue) Si vous connaissez d’autres évocations de belles bouteilles, merci d’en faire part en commentaire. Ce sera un plaisir de compléter cette collection. Rétrospective – Défilé fleuri de Saumur (suite) Le défilé fleuri de 1957 – Courrier de l’Ouest 9 mai 2021 Les récits complets des défilés saumurois des années 1946 à 1957 sont disponibles sur demande à Christian. Les années 1958 à 1972 sont en cours de « reconstitution » SITE À L’ESSAI : L’Histoire du Comité des fêtes à...

lire la suite

Collection de flacons (1)

Posté by le 6 h 43 min dans Amis, Années 1900, Années 20, Années 2000, Années 50, Années 60, Historique | 0 commentaire

Collection de flacons (1)

Carnavals et défilés festifs ont souvent apprécié partager de bonnes bouteilles, qu’il s’agisse de magnum ou de melchior, que les grands crus se promènent librement dans la rue ou qu’ils soient placés sur un char, c’est  toujours d’un grand format qu’il s’agit. Voici donc une collection de flacons, cartonnés ou fleuris (Première partie). Début du 20e siècle – Années 1920 Les archives nous révèlent une première bouteille le 16 mars 1902 sur un char parisien lors du carnaval intitulé Le Cortège du bœuf gras. Le 26 mars 1911, une bouteille émerge de la marée de parapluies le long des rues de Cholet. Elle mesure au moins 4 mètres. Les diables emportent l’alcool. Bacchus enfant est aussi à l’honneur… Le 30 mars 1924, le char Sous la protection de Bacchus n’a pas pu défiler. Probablement un problème d’attelage. Le 22 mars 1925, revanche avec le char La Résurrection de Bacchus. Sur la place Travot, les adeptes de Bacchus, les apéritifs et… les enfants (en bonne place sur la photo) semblent faire bon ménage ! Les années 1930 Le 26 mars 1933, les carnavaliers choletais célèbrent en avance la fin promise de la prohibition aux États-Unis. Imposée en 1920, cette interdiction de vente et de consommation, qui s’est traduite par une montée de la criminalité liée aux trafics d’alcool, s’achèvera officiellement en Noël 1933. Mais les Américains n’ont pas attendu cette date, les Français non plus pour préparer leurs juteuses exportations de nectars chez l’Oncle Sam. Les années 1950 Le 11 juin 1950, c’est le troisième défilé fleuri de Saumur sur le thème  « Fleurs, fruits et vins ». Le Saumurois met à l’honneur un patrimoine que la guerre a préservé. La commune de Bagneux présente un char qui s’intitule  Tous d’accord pour le même canon. La commune de Montsoreau aligne deux bouteilles qui se promènent à l’avant d’un grand tonneau. La commune de Varrains a érigé une bouteille fleurie sur son char Les coteaux de Varrains. Turquant se réjouit de la jeunesse de Bacchus. Le 15 mars 1953, Les carnavaliers choletais présentent – sous un grand soleil franc et massif – un char fleuri :  Hommage à Bacchus, une belle et haute bouteille de Champagne encadrée par deux verres à pied, une réalisation de La Jeune France. Le char est précédé et suivi de nombreuses autres bouteilles à deux pieds portant des étiquettes géantes envoyées par les propriétaires de crus renommés de toutes les régions de France, du moins ceux qui ont bien voulu se prêter à ce jeu…  Lien pour en savoir davantage sur les bouteilles de la mi-carême du 15 mars 1953. Le 29 juin 1958, le défilé fleuri de Saumur s’intéresse aux proverbes. Les quartiers du Centre-ville s’enivrent à chanter « Le bon vin et l’amour font passer des jours heureux ! » Le 28 juin 1959, sous l’orage, le défilé fleuri de Saumur passe à table sur le thème Les plaisirs de la table. Au menu, le char du quartier de Nantilly Chianti et pâtes à l’italienne et le char de Bagneux Les liqueurs (angevines). Photos : Archives de l’Amicale des Carnavaliers de CholetArchives du Comité des fêtes de Saumur Courrier de l’Ouest – 12 juin 1950 À suivre… Rétrospectives – Défilé fleuri et festivités de Saumur (suite) Le défilé fleuri de 1956 – Courrier de l’Ouest 21 mars 2021La Commune...

lire la suite

Le trésor de Cholet?

Posté by le 19 h 01 min dans 2021, Belle Époque, Historique | 0 commentaire

Le trésor de Cholet?

6e Mi-Carême de Cholet – 26 mars 1911 Un trésor à Cholet ? Quelle que soit l’époque, la recherche d’un trésor a toujours attisé les convoitises. Pas forcément besoin d’aller sur une île lointaine pour satisfaire cette curiosité. Mais la quête d’un trésor est souvent infructueuse. Le trésor de Cholet est semble-t-il, à classer dans cette catégorie. Depuis la fin du 19e siècle, l’engouement pour l’archéologie grandit. Au début du 20e siècle, les recherches archéologiques, sur la base d’approximations, n’étaient pas toutes désintéressées. Elles s’apparentaient souvent à des pillages dans le but non avoué de faire fortune. La connaissance de l’Histoire, quant à elle, n’y gagnait rien. L’étrange cortège de 1911 Sous la pluie, au milieu du défilé de cette mi-carême, un étrange cortège funèbre s’allonge parmi les spectateurs et leurs parapluies. De quoi se demander si ce 26 mars est bien jour de réjouissances à Cholet. « Cinq cents après… » C’est le titre donné à cet ensemble carnavalesque… 1411 : C’était alors la Guerre de Cent ans. Un trésor anglais aurait été caché à Cholet. 26 mars 1911 : Devant le char, au moins deux cercueils sont portés avec dignité sur les épaules de solides gaillards, de pseudo-croque-morts grimés comme des poupées. Ils sont escortés par des gardes casqués tenant hallebardes. Drôle d’alchimie Le char lui-même – un baldaquin pour les seigneurs Blackfort et Mac Adam- est entouré de personnages tels qu’un bouffon sur son âne, de mages et alchimistes inspirés. Et humour noir Les spectateurs non avertis peuvent se poser des questions quant à l’interprétation de cet humour un peu sombre. Pour les Choletais, aucun doute : ils ont compris l’allusion qui ne cite personne mais fait référence à un « fait divers » choletais bien connu. Les visiteurs doivent se contenter d’un message en forme d’énigme qui leur est remis au moment du passage des carnavaleux.  L’énigme expliquée aux nuls Si Pierre-Louis Augereau donne donc une explication de l’énigme (ci-dessus), cependant une partie de sa description du cortège ne correspond pas aux documents photographiques.  L’auteur précise en effet qu’un seul cercueil contenait des lingots d’or. Pourtant, l’une des cartes postales de cette mi-carême est tout-à-fait explicite. Elle précise que les deux cercueils portent l’un « un très haut puissant seigneur lapin de garenne », l’autre « une noble et gentille dame cane de la mare ». Tant pis pour les Anglais, les anciens occupants ! Des lingots d’or, quand même… La fortune sourit-elle vraiment aux audacieux ? Bien que son nom ne soit pas cité, le particulier à l’origine involontaire de cette farce historico-humoristique (peut-être se trouvait-il parmi les spectateurs de cette mi-carême), n’apprécia probablement pas la farce, raison pour laquelle il quitta Cholet dans les mois qui suivirent. Anglais, vraiment ? Mac Adam, c’est un nom plutôt écossais. Or, pendant la guerre de Cents Ans, les Écossais étaient les ennemis des Anglais et les alliés des Français loyalistes. Trois époques, un point commun Mérovingiens de Clovis, Guerre de Cent Ans au temps de Charles VI ou République d’Armant Fallières, c’étaient des bœufs, accompagnés de leurs bouviers, qui tractaient le char seigneurial… Au bout du « conte », l’un des plus beaux trésors de Cholet, ne serait-ce pas tout simplement son carnaval ? Il vaut bien quelques lingots en or massif… Cette année, il aurait fait un temps radieux, tant pour le carnaval de jour que le...

lire la suite

1927 Échos de Châtelaudren et Cholet

Posté by le 5 h 11 min dans 2020, Amis, Années 20, Défilés, Historique | 1 commentaire

1927 Échos de Châtelaudren et Cholet

Notre voyage en « Carnavalie » nous conduit pour cette fois dans un passé déjà lointain : en 1927, à Châtelaudren et Cholet, deux villes dévouées à la cause de la mode et des beaux tissus. Châtelaudren : la mode française Dans les Côtes d’Armor, les Châteaulaudrenaises et les Châteaulaudrenais se souviennent du temps où leur ville était l’une des capitales de la mode française (mondiale!). C’est en effet à Châtelaudren (Le Châté pour ses 1 300 habitants), qu’était préparé et imprimé par 150 employés « Le Petit Écho de la Mode » avec ses patrons sur papier de soie encartés dans le journal hebdomadaire. La fête des fleurs de Châtelaudren Comme dans la plupart des villes, Châtelaudren avait sa cavalcade, ses chars, ses musiques et ses déguisements. Tout près du calvaire, la rue de Saint-Brieuc n’a pas beaucoup changé (Le calvaire a été déplacé pour aménager un parking sur un jardin).  C’est dans cette rue de Saint-Brieuc que se préparait le défilé de 1927 qui fut l’un des plus beaux des années 30. Mais la date exacte n’est pas précisée. En 1927, la rue n’était encore couverte que de terre battue. Elle était bordée de pavés. C’était moins laid que le bitume fendillé d’aujourd’hui ! Mais les petites chaussures blanches ne devaient pas en sortir indemnes.  La lune, la bohème, un moulin, un bateau… Presque inévitables dans tout bon défilé carnavalesque : une représentation de la lune, celle d’un moulin et celle d’un bateau. Comme partout ailleurs, la musique dépendait soit d’un club laïc, soit, comme ici, d’un cercle catholique. Pas de bagad en ce temps-là, surtout dans cette partie de la Bretagne, « pays gallo » et non breton… L’histoire ne dit pas si les belles dames du Châté avaient confectionné pour la circonstance des modèles parus dans « Le Petit Écho de la Mode ». Photos : Rue de Saint-Brieuc, collection privée. La musique « l’Alerte » / Le bateau des Pompiers / le char des Bohémiens. «Châtelaudren de nos Aînés» – Georges Jaouen – 1994. Hôtel et garage Pour les visiteurs venus de loin, hôtel et garage étaient proches. Les voitures avaient nécessairement besoin d’être révisées après quelques centaines de kilomètres. En 2020, le rez-de-chaussée de l’hôtel du Calvaire d’autrefois est devenu un salon de coiffure. Tragédies Le 7 juin 1939, quelques mois avant la tragédie de la Seconde Guerre mondiale, un incendie dévasta l’usine du « Petit Écho de la Mode » . Cet incendie causa la mort de 7 pompiers et du directeur de l’imprimerie.  Cent ans de journal de mode L’imprimerie reprit vie pendant la guerre. Commencée en 1880, la parution du « Petit Écho de la Mode » s’acheva en 1984 peu de temps après la reprise du journal par son concurrent « Femme d’aujourd’hui ». De ce temps mémorable, il reste un grand lac qui domine cette cité bretonne et une haute cascade impressionnante qui alimentait l’usine aujourd’hui transformée en espace culturel. Le journal avait une adresse dans la capitale mais aussi bien qu’à Paris, Châtelaudren pouvait s’enorgueillir d’avoir son « quartier latin » et son « Mississipi ». ChâtelaudrenLe petit Écho de la Mode (histoire) 1927 à Cholet « Le Réveil choletais », journal de l’arrondissement de Cholet, cessa sa parution cette année-là.« Le Petit Choletais » et « l’Écho choletais » s’étaient unis en 1909 pour soutenir les valeurs de la République. Finalement, moins de chance que « Le Petit Écho de la Mode »! Cependant« le...

lire la suite

L’éclipse de mars 21

Posté by le 14 h 34 min dans 2021, Évènements, Infos | 1 commentaire

L’éclipse de mars 21

mars 21 – Le temps d’une éclipse Dans la nuit du nuit du 9 au 10 mars 2021, le feu a détruit l’un des bâtiments du Datacenter français abritant une partie des serveurs d’OVHCloud, près de Strasbourg où le site internet de System’D était hébergé. Les pompiers sont parvenus à éviter la propagation du feu aux autres bâtiments. Plus de 15 000 sites internet sont entrés dans une plus ou moins longue éclipse des écrans, soit à cause de l’incendie, soit parce qu’il fallait impérativement couper partout l’alimentation électrique (20 000 volts). Les sauvegardes sont essentielles. Dans le cas de 6temdassos.fr, le stockage des données (back-up) est effectué dans Dropbox.Très rapidement, sans attendre de savoir si le serveur en cause était détruit ou non, la start-up Chouic, qui assure la maintenance du site internet de System’D (et d’autres sites internet), a pris la décision de transférer l’ensemble des données sauvegardées vers un autre serveur situé à Graveline, appartenant aussi à OVHCloud. En ces temps déjà très compliqués, il est essentiel de garder le lien avec les internautes et les fidèles du carnaval. L’éclipse n’aura duré que 24h. Le 11 mars, 6temdassos.fr était de nouveau en ligne sur internet. La performance mérite tous nos remerciements de carnavaliers à Chouic. Lien : Causes de l’incendie La (très) longue éclipse des carnavals Malheureusement, l’éclipse des carnavals a été, est, et sera de plus longue durée. Le printemps sera triste. Le mardi gras (16 février) et la mi-carême (11 mars) sont passés inaperçus. Plus d’une année s’est écoulée (écroulée!) depuis l’annonce de l’annulation du carnaval 2020. Depuis, rien n’a changé ou presque. Hormis 1935 à Cholet (crise économique) et les périodes des deux guerres mondiales, jamais une telle situation n’a autant foudroyé l’univers des carnavaliers, plus largement, l’univers des fêtes, du spectacle et des artistes. En 1920, le carnaval de Bâle (Suisse) avait été annulé suite à l’épidémie de grippe dite « espagnole » qui sévissait depuis 1918, trois années… 9 mars 2020 – Carnavals annulés 10 mars 2021 – Ouest-France À Saint-Christophe-du-Bois, on veut y croire… 16 mars 2021 – Ouest-France Rétrospective – Défilé fleuri de Saumur (suite) Les récits complets des défilés saumurois des années 1946 à 1955 sont disponibles aux Archives municipales de Saumur ou sur demande à Christian. Les années 1956 à 1969 sont en cours de...

lire la suite

De Viareggio à Granville, la Liberté

Posté by le 6 h 25 min dans 2021, Amis, Années 50, Historique, Infos | 0 commentaire

De Viareggio à Granville, la  Liberté

La Liberté de Viareggio à Granville en passant par Cholet Viareggio et son carnaval La ville de Viareggio est située dans le nord de la Toscane en Italie et s’ouvre par de longues plages sur la mer Ligure. Avec plus de 63 000 habitants, c’est le centre principal de la Versilia et la deuxième ville de la Province de Lucques. Elle est célèbre pour son carnaval. Le carnaval de Viareggio, dont les origines remonte à 1873, n’hésite pas à brocarder les personnages politiques. il commence le jour du Mardi gras et se prolonge pendant plusieurs jours. Il se termine par des feux d’artifice. La Liberté de Viareggio et de Cholet La terrible période que nous vivons d’un bout à l’autre du monde a mis sous clef  toute la culture et tous les artistes, et rangé accessoirement les chars au garage pour longtemps. Et avec ces chars, c’est la liberté elle-même qui a été enchaînée. Hasard, probablement, car l’idée du char 2020 de System’D date d’avant l’épidémie alors qu’elle ne sévissait nulle part. Hasard aussi… (mais les grands esprits -où qu’ils soient- se rencontrent), l’un des chars de Viareggio a des airs de ressemblance avec celui de System’D : la même statue de la liberté enchaînée. S’ils n’y sont pas encore apparus, des papillons figureront aussi sur le char de Cholet. Carnevale di ViareggioCarnaval de Viareggio Granville et son carnaval Granville est un haut lieu du carnaval en France. Cette ville de la Manche de 14 000 habitants a trouvé le moyen de contourner les contraintes liées à l’épidémie. Avec la complicité de la municipalité, les carnavaliers ont sorti des personnages carnavalesques qui colorent et dynamisent les places de la ville. Les commerçants se sont déguisés les 13 et 14 février. Un musée du carnaval a été ouvert. Un concours de déguisements a été proposé à toutes et tous. Les plus jeunes, enfants et adolescents, qui tiennent une place importante tout au long de l’habituel carnaval, pouvaient s’inscrire à un concours bien de saison : ils devaient imaginer des masques qui couvrent tout le visage. Quant au bal des enfants, l’orchestre était retransmis sur internet pour pouvoir danser à domicile. Quelle bonne idée ! Les Granvillaises et les Granvillais ont eu bien raison de donner un coup de bélier dans la morosité ambiante et d’affirmer leur volonté de préserver leur liberté.  GranvilleCarnaval de Granville Carnaval à saute-mouton sur les années Un an déjà que l’épidémie sévit et ce n’est pas fini… Pourtant en mai 2020, chacun pensait que tout redeviendrait normal en 2021. Il n’en est malheureusement rien. Alors les carnavaliers, la mort dans l’âme, ont dû se résoudre à reporter une fois de plus le carnaval en 2022. Donc, rendez-vous en 2022 pour faire de nouveau la fête, à moins que d’ici là, les Cassandres n’aient trouvé d’autres moyens pour empêcher les rassemblements festifs. Dans une vie d’enfant, deux ans c’est beaucoup. Les costumes déjà préparés n’auront pas grandi avec eux. Mais surtout, ces enfants auront presque oublié la féérie du carnaval… – Dis, papy, c’était comment le carnaval de Cholet ? – Il était une fois… L’enchaîné du canard Ce personnage qui s’est installé à la Tessoualle, pour y lire en toute tranquillité son journal, prend quelque liberté avec le protocole : il squatte et fume la pipe,...

lire la suite

Agen Saumur Agen

Posté by le 5 h 25 min dans 2021, Amis, Historique, Infos | 0 commentaire

Agen Saumur Agen

Agen Saumur À mi-chemin entre Bordeaux et Toulouse, Agen (Lot-et-Garonne) possède de nombreux points communs avec Saumur (ou vice-versa). La ville des 33 000 Agenaises et Agenais est établie au pied d’un coteau, l’Ermitage, au bord de la Garonne, comme Saumur au bord de la Loire. Pour contrer les crues redoutable de la Garonne, des digues ont été construites qui protègent la ville et sa périphérie. De nombreux monuments anciens font aussi la fierté de la ville. Voyage en « Carnavalie » (suite) : le Carnaval d’Agen Chaque année normale, en avril ou mai, un carnaval anime et réjouit les rues de la ville. Comme lors de la Grande Parade à Saumur auparavant, jusqu’en 2018, défilent des musiques (dont l’Élan saumurois), des groupes, des géants et des chars fleuris. Au titre des loisirs (mercredis, samedis) une « école » propose aux enfants d’apprendre la confection des fleurs, une manière d’assurer la pérennité de la fête. 440 Km entre Saumur et Agen Dans l’après-midi du 11 janvier 2021, une semi-remorque des Transports Beade d’Agen est arrivée à Saumur, devant le hangar de Bagneux, rue du Pont Fouchard. Pendant plus d’une heure, trois équipes de bénévoles saumurois (Chemin-Vert, Beaurepaire – Saint-Nicolas, Les Ponts) ont participé au chargement de ce long camion qui a rejoint Agen le lendemain après-midi. Pour Daniel son chauffeur expert et souriant, une première et une dernière : le transport de décors de chars. (Il prendra une retraite bien méritée en fin d’année, nous a-t-il confié.) Mail reçu d’Agen le 12 janvier « Nous avons réceptionné les modules cet après-midi à 14 h. Tout s’est bien passé – Nous les avons stockés dans notre local et nous les avons protégés avec des bâches plastiques afin qu’ils attendent patiemment leur prochaine sortie à Agen. Nous vous remercions de votre générosité, et remercions tous vos bénévoles.Encore nos meilleurs vœux pour 2021. Bien cordialement. La présidente: Michelle CARRIE, Patrick TROADER  — et tout le bureau. Renaissance Fêtes et carnavals connaîtront donc une renaissance le jour où l’épidémie qui nous mine aura été vaincue. Les chars de Saumur refleuriront à 450 Km de la Loire angevine. À Pauillac, à Agen, pour eux, l’accent aura changé et la joie sera enfin au rendez-vous ! Rétrospectives – Défilés fleuris de Saumur (suite) Les récits complets des années 1946 à 1952 sont disponibles aux Archives municipales de Saumur ou sur demande à Christian. C’est gratuit. Les années 1953 à 1962 sont en cours de « reconstitution ». 8 juin 1952 – Courrier de l’Ouest 17 Janvier 2021 Du nouveau sur la page : COLLECTION DE MOULINS ROUGES : Carnevale Al Castlein. Prochain article : De Viareggio à Granville, en passant par...

lire la suite

Du Médoc, de l’Anjou

Posté by le 7 h 55 min dans 2020, 2021, Amis, Historique, Infos | 3 commentaires

Du Médoc, de l’Anjou

Du Médoc à l’Anjou Le 30 décembre 2020, des bénévoles de Pauillac (33 / Gironde) sont venus à Saumur récupérer une partie des chars saumurois. Et pourtant Pauillac n’est pas la porte à côté de Saumur. Mais les deux villes partagent une même passion, celle des bons crus de grande réputation ! Voyage en « Carnavalie » (suite) : Pauillac Pauillac se situe sur la rive gauche de la Gironde. Chaque année (normale) les Paullacaises et les Pauillacais organisent un carnaval en avril. En cette année 2020, il devait avoir lieu le 4 avril sur le thème : « Le carnaval fait son cinéma ». Il finira bien par arriver le jour de faire son cinéma ! Après le clap de fin à Saumur Suite à la dissolution du comité des fêtes de Saumur (2 septembre 2020), le démontage des chars qui restaient dans deux hangars à chaque extrémité de la ville était inéluctable. Les bénévoles se sont mis à l’ouvrage, entre regrets et souvenirs des fêtes saumuroises qui réjouirent des générations avant la seconde Guerre mondiale, puis de 1946 à 2019 : Défilés fleuris, fêtes folkloriques, Géants, Grandes Parades, Festivals de musiques militaires… Prospection Contrairement à de nombreuses autres villes, il n’était pas dans les habitudes saumuroises de vendre des chars à d’autres comités. Mais comme il n’était pas possible de se résoudre à tout perdre de ce qui restait des chars encore debout, il devenait souhaitable de rechercher des villes candidates. C’est ainsi que le comité de Pauillac, entre autres, s’est proposé de reprendre une partie des décors de ces chars. Plus de 300 Km entre les deux villes Dans la nuit hivernale, dès la fin du couvre-feu, un camion-benne de Pauillac a pris la route au matin du 30 décembre 2020 pour rejoindre les quartiers nord de Saumur et plus précisément le hangar qui accueillait la construction  des chars saumurois de la commune de Saint-Lambert-des-Levées et du quartier des Ponts. De l’Anjou au Médoc À 11h15, son chauffeur et son accompagnateur, Dominique Minois, président de l’association «  Chouette on le fait ensemble » ont été accueillis par les bénévoles du quartier des Ponts et de Saint-Lambert. Le chargement de la benne était terminé une heure plus tard. Le véhicule, bien chargé, pouvait, sous le soleil, reprendre la route dans le sens du retour après un échange amical et réciproque de produits locaux. D’autres bienfaiteurs Parmi les acquéreurs des chars saumurois, la ville des Ponts-de-Cé a complété sa collection en vue de sa fête annuelle : La Baillée des filles, une fête créée au temps du Roi René d’Anjou et qui se tient ordinairement début juin. Le comité des fêtes d’Agen prendra le relais au cours du mois de janvier. Rétrospectives – défilés fleuris de Saumur Les récits complets des années 1946 à 1951 sont disponibles aux Archives municipales de Saumur ou sur demande à Christian. C’est gratuit. Les années 1952 à 1962 sont en cours de « reconstitution ». 11 juin 1950 3 juin 1951 Prochain article : Agen/ Saumur – Le carnaval...

lire la suite

Virus, y es-tu ?

Posté by le 6 h 34 min dans 2020, Construction, Évènements, Historique | 0 commentaire

Virus, y es-tu ?

Virus Covid y es-tu ? Le 18 décembre, c’était donc le jour de la seconde reprise. Pas la nuit, puisque désormais tout le monde est censé être chez soi à se morfondre devant les annonces tristounettes que les médias distillent.  Depuis longtemps, les araignées ont pris le pouvoir dans le hangar des carnavaliers, mais la grande question qui se pose est celle-ci : « Virus covid y es-tu ? » Fini le temps d’avoir peur du grand méchant loup… car dans le hangar, si Virus covid y était, il nous mangerait !  De reprise en reprise Bernard a donc eu le privilège d’entrer de nouveau dans le sanctuaire des chars choletais en passe de devenir des momies, car il se pourrait bien qu’un nouveau confinement se profile à l’horizon pour détourner le vif attachement que le virus nous porte depuis près d’un an. L’art de porter le masque De tout temps, les masques ont permis de se cacher. Alors, chez les carnavaliers, les équipes s’entremêlent… La Grande Aventure continue Malgré l’adversité, la grande aventure des carnavaliers a continué de se faufiler dans les méandres de l’histoire de cette année maudite. En cette fin de parcours 2020, en voici la chronique semaine après semaine… Quelques repères en 2020 Parmi les 53 articles et quelques nouvelles pages de 2020, voici le rappel de quelques repères : La nuit du bal masquéLa nuit de la soudurePortes ouvertesLes enchères des carnavaliersSortie réussie System’DPhotos du char début avrilPremière reprise Vœux L’année 2021 qui se présente à la porte est une grande inconnue. Osera-t-on se souhaiter une bonne année sans crainte de déchaîner les forces obscures? Il est au moins souhaitable que 2021 ne soit pas pire que 2020. Ce serait déjà bien… Prochain article : Le Médoc et...

lire la suite

Joyeux Noël 2020

Posté by le 12 h 30 min dans 2020, Évènements, Infos, Video | 1 commentaire

Joyeux Noël 2020

Joyeux Noël 2020 Sans le calendrier, nous serions loin de penser que les fêtes de fin d’année approchent. À toutes les carnavalières, à tous les carnavaliers, à tous les artistes privés de leurs spectateurs, joyeux Noël 2020, quand même et quoi qu’il arrive! Petit cadeau : cette video assurée sans virus. En attendant de trôner au sommet du char – du vrai char, un jour… peut-être – La maquette de la sphère armillaire a trouvé un nouveau rôle au sommet d’un manège « fait maison ». Miniatures et masques Pour faire bonne mesure, les miniatures ont aussi adopté le masque. Mais accueillir le Père Noël et faire la fête en miniature, c’est sans risques ! Un petit tour et puis s’en va Quand le 25 septembre, les carnavaliers ont pu de nouveau s’approcher de leurs chars, ils n’imaginaient certainement pas que leur plaisir serait de courte durée. Le 30 octobre, magasins fermés, restaurants en berne et chacun chez soi. pour un mois et demi. Dans toutes les villes de carnaval, Les portes des hangars où patientent les chars sont à nouveau fermées.  Liberté conditionnelle Alors que le décompte de l’épidémie atteint soixante mille victimes en France, le 15 décembre, une liberté fragile, contrôlée par le couvre-feu, permet à nouveau de rêver et de circuler. Pourtant des signes alarmants de recrudescence de l’épidémie sont partout détectés malgré la course aux tests et malgré l’application « Tousanticovid ». Mais un espoir se fait jour avec l’annonce d’un vaccin dont il est prouvé qu’il sera efficace pour faire barrage au covid 19, mieux que toutes les mesures déjà prises, dont l’une des plus difficiles à vivre est l’éloignement contraint de leurs proches des personnes les plus vulnérables. Il faut profiter cependant du moment présent, sans trop faire de plans sur la comète pour Noël et le nouvel an. Il était prévu de se retrouver dans le hangar pour celles et ceux qui le désirent, équipe par équipe, du moins pour celles et ceux qui ne travaillent pas, à partir du vendredi 18 décembre. Demain est toujours un autre jour… Des photos de la seconde reprise pour bientôt… En cette période de fêtes ternie par les conséquences de l’épidémie, nous avons une pensée pour Philippe, Fanny et toute leur famille qui pleurent le décès de leur père et grand-père. Souhaitons-leur malgré tout un Noël de paix et de...

lire la suite

Ravissantes devantures

Posté by le 5 h 49 min dans 2020, Amis, Années 1900, Défilés, Historique | 1 commentaire

Ravissantes devantures

7e Mi-carême de Cholet – 17 mars 1912 Public et ravissantes devantures Ces photos de la 7e mi-carême de Cholet sont prises le 17 mars 1912 sur l’actuelle place Alexis Guérineau, à la jonction entre l’avenue Léon Gambetta et la rue Nationale. Derrière la foule nombreuse des spectateurs, des magasins aux belles devantures devant lesquelles on pouvait au moins rêver à défaut d’acheter. Le public endimanché En ce jour de mi-carême (sous la pluie) les spectateurs portent des costumes stricts. Pas de déguisements. Les chapeaux des dames sont de ceux qu’on attend davantage sur un hippodrome que dans un carnaval. Quelques uns portent des plumes, de quoi chatouiller le voisin de devant, sans en avoir l’air. Dans la foule, quelques femmes arborent la coiffe ancestrale et traditionnelle des jours de fête. Plus sobres sont les chapeaux et les casquettes de ces messieurs, selon la classe sociale à laquelle ils appartiennent. Sur le rebord de la fenêtre, trois enfants défient l’équilibre. Heureusement, maman veille. Dans l’encadrement de la fenêtre, il y a même un képi, comme dans une saynète de guignol. Les ravissantes devantures Dans l’ordre, de gauche à droite : la banque Crédit Lyonnais, la charcuterie, le portraitiste, l’horloger-bijoutier, le laboratoire d’analyses… Comme un peu partout dans les villes et les villages, les devantures de bois sculpté seront remplacées au profit de modes éphémères ou disparaîtront définitivement. Portraitiste C’est en cet endroit que réside le photographe Louis Héon. Cf page spéciale : Photographe Louis Héon. La charcuterie deviendra plus tard l’atelier et le magasin du photographe. Bijoux Fix L’horloger-bijoutier fait savoir, par son enseigne, qu’il vend des bijoux Fix dont la solidité est symbolisée par une armure.  L’affaire a été fondée en 1829 par François-Auguste Savard. Il est l’inventeur du bijou plaqué or laminé. Notre commerçant doit proposer son catalogue à sa clientèle aisée : « Pour faire votre choix, consultez le catalogue chez les bijoutiers. Vérifiez le poinçon Fix sur chaque bijou. » affirme la publicité de la Belle Époque. La même place aujourd’hui, insipide Bormes-les-Mimosas – Voyage en « Carnavalie » (suite) Bormes-les-Mimosas, dans le Var, compte un peu plus de huit mille Borméennes et Borméens, fiers de leur corso fleuri. Le centième : le 23 février 2020. (À proximité de la ville se trouve le Fort de Brégançon.) En 1920, pour fêter le printemps, des ânes et des mulets furent  invités à tirer des charrettes fleuries pour fêter le printemps. Le fleurissement des charrettes venait directement des collines qui regorgeaient de mimosas, de bruyères blanches et autres feuillages sauvages. Puis s’y ajoutèrent les soucis, anémones marguerites, gerbéras, œillets… les fleurs sont achetées l’avant-veille. Le mimosa est cueilli le samedi matin. La pose des fleurs fraîches sur les dix-sept chars, charrettes et vélos se termine vers 4 heures du matin, le matin du défilé. Corso fleuri 23 février 2020Photos corso fleuri Plus de devanture pour le comité des fêtes de Saumur… Courrier de l’Ouest – 2 novembre 2020 Mais l’aventure reste dans la mémoire et le patrimoine saumurois… Articles du Courrier de l’Ouest écrits par Ivan Georget à partir de l’échange confiné avec Christian sur l’histoire du comité des fêtes de Saumur. Saumur – 1946 – Festivités des 8, 9 et 10 juin Courrier de l’Ouest – 8 novembre 2020 Saumur – 1948 – Premier défilé fleuri du 13 juin Courrier...

lire la suite

Nostradamus et Nostradamus

Posté by le 8 h 38 min dans 2020, Années 80, Défilés, Historique | 0 commentaire

Nostradamus et Nostradamus

Michel de Nostredame dit Nostradamus Michel de Nostredame, qui se fit appeler Nostradamus, est né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy- de-Provence. Il est décédé le 2 juillet 1566 à Salon-de-Provence. Après des études à Montpellier, Michel de Nostredame s’installe à Agen et se lie d’amitié avec Jules Scaliger, un italien aux idées d’avant-garde. Nostradamus se définit astrologue et médecin. En 1550,  Après avoir accompli un tour de France, il rédige un « almanach de prédictions pour l’année », dans un style énigmatique caractérisé par la dyslexie de son auteur. Prédictions perpétuelles Cinq ans plus tard, dans sa « fureur poétique », à Salon-de-Provence, il publie des prédictions perpétuelles qui donnent libre cours à toutes les interprétations possibles. Ses quatrains de prédictions – groupes de quatre vers souvent polyglottes – sont encore aujourd’hui l’objet d’interprétations fantaisistes. Cependant, personne n’y a trouvé l’épidémie qui sévit en 2020. Nostradamus des Mauges* Si Nostradamus a accompli un tour de France, il est peut-être passé par Cholet. Mieux encore: À Cholet il a peut-être rencontré son homologue, son alter ego, Rouellond de la Rouellondière de Chollet, le « Nostradamus » des Mauges, dont un manuscrit fut publié en 1869 par Mr Augé, ancien élève de l’École des Chartes. Rouellond n’est pourtant pas référencé par le célèbre archiviste Célestin Port. Mr Augé pensait que la mention « de Chollet » notée dans le patronyme de l’astrologue des Mauges, indiquait son lieu de naissance. Au 18e siècle, Cholet s’écrivait avec deux l). Les écrits de ce mystérieux devin sont à replacer dans le contexte des guerres de religion. Mais ils ne sont pas pour autant compréhensibles. * Cité par Pierre-Louis Augereau Prédiction de Rouellond (Nostradamus des Mauges) 65e Mi-Carême 28 mars 1982 L’équipe Ecbiaucadalu, ancêtre de System’D présente « Nostracharus » : Nostradamus. L’astrologue, un œil rivé sur sa longue-vue (une invention du 16e siècle) et l’autre grand-ouvert sur la foule alentour et les immeubles du 20e siècle, est en pleine recherche. Et si de l’autre côté de sa lorgnette il apercevait son double, son collègue Choletais ? À moins que ce ne soit le contraire ! Hommage à Daniel Damiens Lien : Ecbiaucadalu De la ténacité, de l’invention, du beau malgré tout ! Le héron Un héron s’est posé récemment à la Tessoualle. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce n’est pas du travail à la chaîne mais du travail d’artisan. Maintenant, il va falloir ravitailler le héron en colimaçons, grenouilles et petits poissons ! Les marionnettes Les marionnettes ont un grand avantage sur les êtres humains : elles vivent comme eux mais l’épidémie ne les atteint pas. Alors, elles doivent bien se demander ce qu’attendent ces humains pour venir les applaudir ! Naissance – System’D se réjouit… Voyage en « Carnavalie » Deux communes pour une grande fête – Poilly-sur-Tholon et Bleury – Yonne   Tout a commencé en 1928. Aujourd’hui, deux communes travaillent ensemble pour préparer la cavalcade. La 91e cavalcade de Bleury, le 6 juillet 2019, était organisée par le comité des fêtes de Poilly-sur-Tholon, donc par ses Pollyaciennes et Pollyaciens. Philippe Voisin, président du comité des fêtes de Poilly-sur-Tholon avait précisé que le défilé aurait désormais lieu le samedi après-midi et qu’il serait gratuit pour les visiteurs. Neufs chars ont participé à la fête : les Poupées russes, la Montgolfière, la Tour Eiffel, la girafe, le juke-box, les jeux, la mascotte du foot...

lire la suite

La reprise des carnavaliers

Posté by le 6 h 25 min dans 2020, Amis, Évènements, Infos | 0 commentaire

La reprise des carnavaliers

L’heure du réveil Les chars des carnavaliers de Cholet, couverts de bâches depuis des mois, vont-ils s’éveiller de leur torpeur à la manière de la Belle au bois dormant ? La reprise des carnavaliers s’est faite en douceur le 25 septembre 2020, mais surtout : pas le moindre bisou ! L’atelier des carnavaliers et celui de Rétro-Carnavalo après 7 mois de sommeil Retour sur sept mois fantomatiques. Dès le résolution prise des carnavaliers et l’information diffusée d’abandonner tout espoir de carnaval en 2020, les portes de l’atelier se sont refermées. Dimanche 15 mars, il n’était plus permis de venir travailler sur les chars demeurés seuls tels des fantômes. Le confinement Le confinement de la population a commencé le lundi 16 mars à midi dans le but d’enrayer la diffusion du virus. Le 19 avril 2020, Jean-Mi, revêtu de son costume à carreaux, était bien présent devant la gare à l’heure du départ du 103e carnaval : 14h30. Mais il était seul, et de surcroît, sous la pluie, une pluie continue jusqu’au soir. Sur les « réseaux sociaux » dont Facebook,  Jean-Mi s’est adressé aux carnavaliers et à la foule des spectateurs pour leur souhaiter un beau carnaval… en 2021. Le temps désagréable de ce dimanche était de nature à soulager les regrets. Du confinement à la reprise des activités Le confinement s’est achevé le 11 mai, mais partiellement. Il était désormais autorisé de sortir de chez soi sans laisser-passer dans un rayon de cent kilomètres jusqu’au 2 juin. Le retour à l’école fut fixé au 22 juin, autant dire aux portes des vacances habituelles. Début juin, le conseil d’administration de l’amicale décida que l’assemblée générale des carnavaliers aurait lieu le 12 septembre et que la reprise du travail des carnavaliers dans l’atelier serait reportée au 18 septembre 2020. Rien n’étant possible auparavant, sauf des visites sporadiques dans l’atelier classé « Établissement recevant des travailleurs ». Prudence Pendant que les Français goûtaient au temps des vacances, l’épidémie a commencé sournoisement de s’étendre à nouveau. Malgré tout, le 12 septembre 2020, System’D a tenu son assemblée générale en pleine nature en évitant les contacts physiques. Après 7 mois de sommeil, retrouvera-t-on les chemins de la liberté ? Las d’attendre de bonnes nouvelles, et dans un climat médiatique quasi morbide, l’amicale des carnavaliers a finalement fixé la reprise des activités autour des chars le vendredi 25 septembre 2020 selon un protocole comparable à celui de toute entreprise professionnelle, mais tenant compte des spécificités des carnavaliers. L’équipe Skyzo-Carnaval a prévu de fêter ses 35 années d’existence les 3 et 4 octobre avec son char en extérieur pour un bol d’air. À Saint-Christophe-du-Bois, les activités reprendront aussi bientôt. Protocole sanitaire des carnavaliers de Cholet La reprise des carnavaliers de System’D Vendredi soir, donc, sur la pointe des pieds, System’D a repris contact avec son char. D’où ces photos de Bernard, les premières depuis la fin mars, qui ne manquent pas d’humour vivifiant. Voyages quand même… Depuis sept mois, le site internet 6temdassos.fr ne s’est pas endormi. Afin de garder le lien entre carnavaliers et entre fans de carnavals, plus de 30 articles ont été diffusés depuis mars 2020 : nouvelles de l’équipe, voyages dans l’histoire du carnaval de Cholet, voyages en « Carnavalie » à la découverte des corsos, défilés et carnavals en France et illustrations musicales. Et c’est loin d’être fini…...

lire la suite

Le chapeau tyrolien

Posté by le 16 h 46 min dans 2020, Amis, Années 60, Défilés | 0 commentaire

Le chapeau tyrolien

Le chapeau tyrolien « einen Tirolerhut »  Aujourd’hui, nous nous attarderons sur un sujet plusieurs fois illustré tant à Cholet qu’à Saumur: Le Tyrol, et plus particulièrement, le « Tirolerhut », le chapeau tyrolien. Tant que le défilé fleuri de Saumur exista*, il n’était pas rare que des échanges aient lieu entre Cholet et Saumur. (Cf ci-dessous). Parmi ces échanges, des chars présentant de grandes ressemblances. Le Tyrol Le Tyrol est « un land » alpin à l’ouest de l’Autriche dont la capitale est Innsbruck, haut lieu de la famille des Habsbourg qui lui a donné sa configuration architecturale. Le Tyrol est réputé pour ses stations de sports alpins, ses paysages et ses traditions folkloriques. 9e Jeux olympiques d’hiver en 1964. Les chapeaux tyroliens de 1964 En 1964, justement, la mi-carême de Cholet et le défilé fleuri de Saumur présentent chacun leur char sur le thème du Tyrol. Impossible de ne pas voir leur chapeau. Dans les deux cas un grand chapeau traditionnel posé sur les montagnes domine le char, lui-même à la manière d’un sommet montagneux. C’est une vision très carnavalesque que la représentation de ce chapeau. Il est probable que le chapeau était passé de Cholet à Saumur entre le mois de mars et le mois de juin… Il ne restait plus qu’à le couvrir de fleurs. Dans les deux cas, des musiciens accordéonistes. À Cholet, c’est un grand personnage de carton-pâte qui en cache deux autres petits, bien vrais ceux-là. À Saumur, à l’avant du char, un musicien venu d’Innsbruck avec tout un orchestre qui précède le char (Tyroler-Musik). Et le Tyrol, c’est toujours joyeux… Cholet – 47e mi-carême – 8 mars 1964 – « Le Chapeau tyrolien »Saumur – Défilé fleuri – 28 juin 1964 sur le thème des « Souvenirs de voyages » – char: « Parfum du Tyrol » Centre-ville. D’autres chars à Cholet et Saumur sur le thème du Tyrol Saumur – Défilé fleuri du 7 juin 1953 sur le thème des « opérettes », groupe : « Les Tyroliens », char : « L’Auberge du Cheval blanc ». Longué.Cholet  – 37e mi-carême – 28 mars 1954 « You-Kou le Tyrolien »Saumur – Défilé fleuri – 22 juin 1969 sur le thème des « Plaisirs » – char « Le Tyrol » Saint-Pierre, quai Mayaud. En « Carnavalie » Beauvoir-en-Lyons La forêt proche a donné une partie du nom de cette localité de Seine-Maritime habitée par environ 600 Beauvoiriennes et Beauvoiriens. Chaque année, au cours du mois d’août, c’est la fête avec défilé de musiques et cinq chars. L’an passé, c’était la 55e les 10 et 11 août 2019. Miss Beauvoir : Pauline Ricœur, retraite aux flambeaux, feu d’artifice, bal, dîner dansant – rien ne manquait, tout comme dans les grandes villes. Le nouveau bal masqué des carnavaliers de Cholet L’Amicale des carnavaliers de Cholet a convenu de la reprise des activités dans le hangar de construction des chars le 25 septembre 2020, selon un protocole sanitaire très stricte. Coup de tonnerre dans le monde des carnavals et festivals Le 2 septembre 2020, le comité des fêtes de Saumur a mis fin à ses activités. (Re)fondé en 1946 par André Gouin, malgré les difficultés – une ville en grande partie détruite par la guerre – ce comité vient mourir au pire moment de cette vingtième année du 21e siècle, chamboulée par l’épidémie de Covid-19.  Ses chars, pourtant conservés avec soin dans deux hangars aux deux extrémités de la ville, sont...

lire la suite

Les Angevines de Fougères

Posté by le 5 h 55 min dans 2020, Amis, Défilés, Infos | 0 commentaire

Les Angevines de Fougères

Amatrices et amateurs de « Voyages en Carnavalie », connaissez-vous les Angevines de Fougères ? Pourquoi la fête des Angevines ? De nombreuses fêtes profanes et traditionnelles ont leurs origines dans des faits religieux. Dans le cas présent, il faudrait donc préciser « l’Angevine »… Toute commence en 430 quand la Vierge Marie apparaît à Saint Maurille, évêque d’Angers, près de Saint-Florent-le-Vieil, en Anjou, pour lui demander de fêter sa nativité le 8 septembre de chaque année. L’institution de cette fête donne lieu à une grande dévotion des populations de l’ouest de la France envers la  » Vierge Marie angevine « . Cette tradition, n’a pas été complètement oubliée en Anjou, « Foire de la petite angevine » à Beapréau, mais elle demeure surtout bien ancrée à Laval (Mayenne) et Fougères (Ille-et-Vilaine). Depuis longtemps, des foires et des processions y animent les premiers jours de septembre. Le puissant château de Fougères a des airs de ressemblance avec celui d’Angers… de quoi peut-être faire aussi le lien entre les deux villes. Aux origines des foires et fêtes angevinesLes Mauges mystérieuses – Pierre Louis Augereau – Pages 233 à 236 En 1793, des journées vendéennes Des Angevines à Fougères, mais pas des Vendéennes ? Cependant Fougères garde le souvenir du passage des Vendéens dans leur ville lors de la Virée de Galerne. La bataille de Fougères eut lieu le 3 novembre 1793. Les Vendéens occupèrent la ville pendant 5 jours. Ce n’était la fête pour personne… Les Angevines, quatre journées à Fougères Les 21 000 Fougeraises et Fougerais (Ille-et-Vilaine) ont donc maintenu cette fête dite des Angevines fin août / début septembre. Mais, comme partout, elle est annulée en 2020 (5 au 8 septembre). Sa dernière édition date de la semaine du 31 août au 3 septembre 2019. Cette fête des Angevines, c’est une grande braderie dans les rues de la ville, une course cycliste, une fête foraine dans le Jardin des Fêtes, des feux d’artifice et un défilé nocturne de chars et fanfares dans un style carnavalesque. L’ensemble de ces festivités est présidé par une miss angevine et ses dauphines. Ce défilé a pour patronyme : Défilé-cortège-parade de Fougères. Tout est dit, même si c’est un peu compliqué. Des chars de Ploërmel (Morbihan) participent à cette parade. Et parmi les acteurs de 2019, deux groupes connus du Saumurois : Moz Drums (59) et ses percussions lumineuses / L’Élan Saumurois Marching Band. Vidéo 1 La chronique-Fougères chronique républicaineVidéo 2 Ouest-FranceVidéo 3 Frédéric SylvestreLien : La fête des Angevines à FougèresPhotos : Ouest-France / Maville / Photos d’écrans vidéos En attendant des jours meilleurs pour les fêtes et spectacles, allez visiter Fougères qui fut, comme Cholet, un haut-lieu de la chaussure jusqu’en 1967! Et qui souhaiterait le devenir à nouveau ? Espèce en voie d’apparition Le micro-climat de La Tessoualle est favorable au développement de nouvelles espèces d’oiseaux. En voici un qui appartient à la famille des « Lucas »… Masques toujours Si en 2021, pour fêter carnaval, il faut venir masqué, pourquoi ne pas ressortir des placards les masques de 1991 ? Moment publicitaire rétro (au cinéma des années 60 / 70) avec une publicité...

lire la suite

Maurice a rejoint Michel

Posté by le 7 h 38 min dans 2020, Évènements, Infos | 1 commentaire

Maurice a rejoint Michel

Maurice a rejoint son fils, Michel et Daniel 2020, une année sombre pour tout le monde, mais une année noire pour l’association System’D. Alors que le deuil de Daniel affecte nos carnavaliers déjà réduits à l’inaction, un nouveau deuil vient frapper notre équipe. Au terme de longues souffrances, tant morales que physiques, Maurice a fermé les yeux sur ce monde. Au paradis des carnavaliers, il a rejoint son fils Stéphane, rejoint Michel, Daniel et tant d’autres carnavaliers qui nous ont quittés au cours de cette décennie. Hommage à un accessoiriste de talent Pas de carnaval sans accessoires. Ils sont nécessaires pour accompagner et compléter le groupe costumé et le char par tout plein de clins d’œil au thème choisi chaque année. System’D avait accueilli Maurice au début des années 2000. D’abord, il offrit ses services par des actions ponctuelles, puis il s’investit davantage en tant qu’accessoiriste, s’avérant un habile inventeur et trouvant toujours des solutions astucieuses. Les deux « frères » de System’D Michel et Maurice, dans la vie de tous les jours, comme dans leurs activités de carnavaliers, partageaient une complicité fraternelle qui ne s’est jamais démentie. Le départ de Michel l’avait beaucoup éprouvé. Le 30 novembre 2016, Maurice avait perdu un ami, un frère (son demi-frère disait-il), sans la présence duquel il s’était senti désemparé. La bienveillance de Chantal et Madeleine, leurs épouses, et la cohésion de l’équipe System’D lui avaient permis de retrouver le sourire et le plaisir de participer pleinement à toutes les activités de l’équipe où sa gentillesse et son bon sens faisaient l’unanimité. Pour le 101e carnaval, il avait joyeusement revêtu un uniforme du FBI pour assurer la protection rapprochée du char Défense d’y voir ! Nos pensées vont à Madeleine, à David et à toute leur famille. Qu’ils soient assurés de la profonde affection et de la très grande tristesse des carnavalières et carnavaliers de System’D et de toute la famille des carnavaliers de Cholet. Maurice, nous savons que tu ne nous oublieras pas dans notre désarroi et nos interrogations sur l’avenir. Ne te prive pas de nous trouver un petit « truc » qui nous ramène à la sérénité et au plaisir d’être carnavaliers. La cérémonie des obsèques aura lieu jeudi 3 septembre à 10h30 au Sacré-Cœur de Cholet Vous pouvez écrire ci-dessous vos réactions et vos commentaires. Ils paraîtront après...

lire la suite

Les Fêtes de la mirabelle

Posté by le 6 h 22 min dans 2019, 2020, Amis, Années 40, Défilés | 0 commentaire

Les Fêtes de la mirabelle

La mirabelle en fête Depuis longtemps, la petite prune toute ronde aux reflets roses est un des emblèmes de la Lorraine et de l’Alsace dont le climat lui donne toute sa saveur délicate. (Label IGP – Indication géographique protégée). Elle a bien mérité d’être fêtée. Ce voyage autour des douceurs de la table en « Carnavalie » nous conduit donc à Metz et Dorlisheim. Lien : AOC Mirabelle de Lorraine. Metz – Les Fêtes de la mirabelle La fête de la mirabelle en 1947 En ce dimanche 17 août 1947, alors que la Moselle – qui rime avec mirabelle – traversait paisiblement Metz (pour le moment), deuxième jour de la « fête des mirabelles et des fleurs ». Les Messines et Messins retrouvaient le sourire que la guerre leur avait interdit. Cette fête avait été conçue par les prisonniers de guerre du département de la Moselle, le syndicat d’initiatives et le syndicat des producteurs de mirabelles afin de relancer l’économie locale et régionale sinistrée. La veille, des stands variés entre music-hall et marché attiraient le public avide de petits plaisirs. C’est ainsi que le directeur du ravitaillement gagna une assiette plate (et vide) à la tombola… La fête était patronnée par le maire de Metz M. Hocquart et le député Raymond Mondon au côté d’invités prestigieux : Robert Schuman, ministre des finances et Jefferson Caffery, ambassadeur des États-Unis. La croix de Lorraine, autre emblème cher aussi à l’Anjou, était honorée. Les femmes, sous leurs coiffes lorraines, portaient des paniers remplis de mirabelles, tout comme les brouettes que soulevaient les hommes en bel habit traditionnel lorrain. Les danseuses et danseurs d’un groupe régional folklorique lançaient des bouquets fleuris dans la foule. Lien : Photos 1947 et après… Républicain Lorrain Le Génie de la fête La musique militaire du 2e Génie, en garnison à Metz, participait au défilé. Sa devise « Lorraine me garde! » (Voire !*) devant le char du journal « Le Républicain Lorrain – Lundi Sports » sur lequel se tenait la reine Monique Rieu habillée par la Maison Lion-Frères. Sous leurs uniformes américains, faute de mieux et inadaptés pour la circonstance, les soldats bravaient une chaleur implacable, inhabituelle en ce temps-là en Lorraine. Ils étaient dirigés ce jour-là par l’adjudant Robin, tambour-major et leur chef de musique, l’adjudant Bertrand. Parmi ces soldats, un clarinettiste, Robert Percereau, futur père de Christian. Et parmi les spectateurs, accompagnée de sa famille lorraine, sa future mère… Fait du hasard car ni l’un ni l’autre ne se connaissaient à ce moment-là. Un vrai mirabellier pour le corso fleuri du 17 août 1947 De nombreux chars étaient présentés par les villages proches de Metz. Sur l’un des chars, un vrai mirabellier, entouré par trois Lorraines de Lorry-lès-Metz : Denise Genot, Madeleine Willaume et Colette Marchal. Ce char obtint le premier prix. En fin de défilé, sur le char réalisé par l’association des Anciens Prisonniers de Guerre, « la reine des reines », Jacqueline Perbal, élue la veille. Cette partie de l’article ci-dessus, concernant la Fête de la mirabelle de 1947, a été réalisée grâce à la participation des archives du Journal « Républicain Lorrain » et des archives de la médiathèque de Metz. L’année 1947 se terminera par de dévastatrices inondations dans toute la région mosellane. Les autres fêtes de la mirabelle au 20e siècle Prévue pour avoir lieu tous les deux ans, la fête de la...

lire la suite

Au paradis des carnavaliers

Posté by le 9 h 03 min dans 2020, Évènements, Infos | 1 commentaire

Au paradis des carnavaliers

Daniel au paradis des carnavaliers Le samedi 15 août 2020, Daniel a rejoint le paradis des carnavaliers, carnavaliers qu’il a tant servis. System’D, son équipe, est en deuil et lui rend hommage. Toute une vie pour la beauté de son art Après une longue carrière dans la minutie du tricotage mécanique, Daniel était devenu le costumier et le « Trouve-tout » des accessoires de l’équipe System’D. Il faisait preuve d’un caractère affirmé et exigeant, d’abord pour lui-même et dans tout ce qu’il réalisait avec application et précision, avec le soutien moral, artistique et technique de Josette. « Mon épouse, Josette, et Liliane font la couture alors que je concrétise l’accessoire dans l’habit. Je cherche des matières, des astuces, le « Système D » pour un petit budget. L’accessoire, uni au costume, doit être esthétique, mettable, portable par un danseur, solide et prêt à faire face à tous les temps. Il faut que ça donne l’illusion. Des harnais ou des souliers sont fabriqués avec des sangles, du bois, de la ferraille. Ils porteront le squelette d’une aile, la monture de papier mâché ou de polystyrène d’un personnage. Les discussions avec l’équipe font évoluer le prototype qu’il faudra ensuite adapter à la taille de chacun. » Entretien avec Le Courrier de L’Ouest – 6 Avril 2005 Daniel et System’D C’est en 2001/2002 que Daniel s’est impliqué dans l’association System’D. Son premier char avec System’D : La Loi de la Jungle dont il a fignolé les deux lions encadrant l’escalier. En effet, son art de carnavalier dépassait celui du costume. Toutes sortes d’inventions sortaient de ses doigts magiques. Dans un monde souvent trop gris, Daniel avait trouvé là un moyen d’évasion technique, artistique et un esprit de compagnonnage vivifié par l’ambiance festive de l’équipe. À son épouse, à sa famille tout entière dévouée au carnaval, à ses compagnons de route, à tous ses amis, les carnavalières et carnavaliers, et bien au-delà, présentent leurs sincères doléances.  En cette année maudite, nous leur souhaitons de trouver du réconfort dans l’amitié et le partage pour affronter cette douloureuse  épreuve. Daniel toujours parmi nous Daniel, nous garderons de toi le souvenir de ta générosité (puisque tu as permis de greffer des malades grâce aux dons que tu as faits), de ton dévouement discret, de ton sourire malicieux et de ton inventivité sans bornes. Nous comptons sur toi pour continuer de nous inspirer. Vous pouvez participer ici aux commentaires. Sur Facebook, ils seront vite...

lire la suite

De Lisbonne à System’D

Posté by le 8 h 38 min dans 2020, Défilés, Historique | 0 commentaire

De Lisbonne à System’D

En passant par le Portugal Pour cette fois, notre route quitte la France pour des vacances au Portugal. Quel lien d’importance peut-il unir Lisbonne et System’D en 2020 / 2021 ? Tour de Belém et Monastère des Hiéronymites Parmi les grands monuments célèbres de Lisbonne, la Tour de Belém et Le Monastère des Hiéronymites -Mosteiro dos Jerónimos- consacré à saint Jérôme. Cette abbaye est le témoignage monumental de la richesse des découvertes entreprises par les Portugais. De grands personnages reposent dans ce monastère Le roi Manuel 1er (1469 1495). Ce roi a favorisé les découvertes maritimes à travers le monde, faisant du Portugal un pays riche : Vasco de Gama, Pedro Alvares Cabral, Francisco de Almeida; Alfonso de Albuquerque…Vasco de Gama (1469 1524). Ce navigateur découvre la route des Indes en 1498 en contournant le sud de l’Afrique au large du «Cap des Tempêtes» qui deviendra le «Cap de Bonne Espérance».Luís Vaz de Camões, dit «le Camoëns», est le poète portugais le plus célèbre de la Renaissance, (1525 1580). Il est l’auteur de poèmes, pastorales et sonnets. Son œuvre la plus connue est «L’épopée des Lusiades».  La sphère armillaire La sphère armillaire a une place de choix  à Lisbonne, tant sur les monuments que dans les musées. Pour les navigateurs : découvrir le monde La sphère armillaire est le symbole de «celles et ceux qui cherchent leur route», comme l’affirme un reportage des actualités cinématographiques le 25 mai 1960 – Archives de l’INA. Sachant désormais que la terre est ronde, les navigateurs entreprennent d’en faire le tour pour en connaître toutes les facettes. Pour System’D, quérir la Liberté Aujourd’hui, continuer de chercher et d’explorer les voies de la Liberté, c’est toujours aussi difficile, sinon plus compliqué, que de chercher la route des Indes et de l’Amérique au 15e siècle ! Combien de cap des tempêtes faudra-t-il franchir et pour quelle espérance ? Tombent les chaînes de l’épidémie ! Voilà qui nous ramène au char 2020 / 2021 de System’D que nous espérons tous revoir un jour au grand soleil du printemps 2021 quand les chaînes de l’épidémie et de ses contraintes seront (espérons-le) tombées. Voyage en « Carnavalie » (suite) La fête des fleurs de Madère Restons au Portugal avec la fête des fleurs de Madère, née du festival des Roses de Funchal en 1979. Des fleurs partout : tapis de fleurs au sol et sur les maisons, fleurs sur les costumes et sur les chars. « Ma Liberté » (Georges Moustaki) – Chimène Le Salon de la maquette de Cholet, auquel devaient participer les carnavaliers, et qui devait avoir lieu en octobre 2020, est à son tour annulé. Prochain article : Les Fêtes de la Mirabelle – 23 août...

lire la suite

Égypte et carnavals

Posté by le 5 h 34 min dans 2020, Amis, Défilés, Évènements, Historique | 0 commentaire

Égypte et carnavals

L’Égypte antique fait l’objet de recherches archéologiques passionnées depuis le début du 19e siècle. Dès lors, histoire, monuments, écritures, rites, apparats, mystères du pays des pharaons fascinent aussi bien les spécialistes que « le grand public ». Égypte et carnavals font bon ménage comme le prouve cette collection festive sur ce thème (Merci de signaler les chars oubliés). Cholet, Mortagne et Saumur 34e mi-carême de Cholet, 4 mars 1951 «Vision d’Égypte»Défilé fleuri de Saumur 20 juin 1960 Le quartier des Ponts présente : «Le Roman de la Momie» (Théophile Gautier – 1857) accompagné par un succès à la mode de cette année-là : «Mustafa, Chérie, je t’aime» (Alberto Staiffi), un char dont cependant le premier prix fut vivement et même méchamment contesté.Mortagne-sur-Sèvre, 5 mars 1961- L’équipe Grolleau (dissidente de la mi-carême de Cholet) présente « Au Pays de Giseh » et le char «Le Sphinx».58e mi-carême de Cholet, 16 mars 1975 – La Jeune France présente «La Cour de Nefertiti» et le char «Toutankamon».68e mi-carême de Cholet, 23 au 30 mars 1985 – Skizo présente le char « Le 2054e anniversum de Cléopâtre».72e Mi-Carême de Cholet 9 au 15 avril 1989 – Les Scouts présentent « Ah ! c’qu’on est bien quand on est dans son bain ».78e Carnaval de Cholet 30 avril au 6 mai 1995 – Bricolo-Dingo présente: «Momie soit qui mal y pense» et le char «Jour de Gloire pour Thout-Anhk-Arton».Saint-Macaire-en-Mauges. Date ? Temples égyptiens.89e Carnaval de Cholet 2006, 2 au 8 avril 2006 – Les Acharnés présentent le char «Cléopâtre pik son Fard a On».92e Carnaval de Cholet 2009, 26 avril au 2 mai 2009 – Les Accrochars présentent «Mille et une nuits» et le char «Souvenirs d’Égypte».Villevêque (49) – Fête des écoles de l’École publique – 20 juin 2009 – char réalisé CP au CM2 «Masques du Monde».95e Carnaval de Cholet 2012, 15 au 21 avril 2012 – Les Copains d’Abord présentent  «Cléopâtre et Pharaons» et le char «Les pires Amis de Cléopâtre».97e Carnaval de Cholet 2014 – 3 mai et 18 mai – Skizo Carnaval présente ses grosses têtes, «Pharaons d’Égypte» et le char «La danse des Pyramides».La Grande Parade de Saumur -2004 à 2016- Le quartier des Ponts présente « Pharaon » (Char à louer ou à vendre). Le repos des pharaons Tout était prévu pour que la prochaine illustration de l’Égypte antique soit présentée par Rétro-Carnavalo en 2020 pour le 103e carnaval. Mais pharaons et momies devront encore patienter à l’ombre des obélisques et des pyramides.. Voyages en « Carnavalie » Metz – Fêtes de la mirabelle Char des Années 60. Cf l’article qui paraîtra en août : « Fêtes de la mirabelle » Fécamp – Corso fleuri C’est au mois d’août 2015 que cette la municipalité de Fécamp a relancé cette fête. Fécamp, dans la Seine-Maritime, compte 18 000 habitants. Depuis 2015, Les Fécampoises et les Fécampois n’ont pas manqué d’organiser un chatoyant corso fleuri chaque année pour le plus grand plaisir des estivants, d’autant que les musiques et les chars défilent sur le front de mer. La dernière édition est en date du 25 août 2019. Dans les années 80, Cholet et Saumur ont souvent accueilli les majorettes de Fécamp sur patins à roulettes. Liens Ville de Fécamp Corso fleuri de Fécamp Le Bosc-Roger-en-Roumois – Corso fleuri Beaucoup de communes modifient leur nom quand elles se regroupent. C’est ainsi que les Rogebourgeronnes...

lire la suite

Le Mont des Alouettes

Posté by le 6 h 07 min dans 2020, Amis, Années 70, Défilés, Historique | 0 commentaire

Le Mont des Alouettes

le Mont des Alouettes et les ailes de moulin En 1794, la défense du pays contre les « colonnes infernales » se fait aussi par l’intermédiaire des ailes des moulins. Il est dit que la position des ailes à l’arrêt indiquait celle de l’adversaire. C’est ainsi que les moulins du Mont des Alouettes, visibles de loin, ont gagné leur notoriété. 62e Mi-Carême 1er avril 1979 Sur ce char « En passant par le Mont des Alouettes », tenant son arme sans intention belliqueuse, le Vendéen exprime le rêve voire la sérénité. De face, l’un des deux moulins du Mont des Alouettes s’efface derrière lui. Mais il est bien présent, se laissant découvrir ainsi que le calvaire, quand passe le char. Char réalisé par les Scouts avec J.M. Jeanneteau. Emblème Comme tous les figurants, il arbore l’insigne des combattants (pas tous vendéens) de la grande armée catholique et royale. (Les acteurs de 1931 ne le portaient pas).  cf Échos du bocage. Cet emblème, attribué à la Vendée et redessiné juste avant l’an 2000, fut à l’origine de fortes tensions parce qu’il reprenait une figuration datant du gouvernement de Vichy (double cœur avec cette devise : utrique fidelis).  Réconciliation Paniers, sabots, coiffes et costumes des « blancs » rappellent que la première cinéscénie du Puy-du-Fou date du 16 juin 1978 sur la terre toute proche proche des « Géants et des genêts en fleurs ». Pas étonnant que de nombreux carnavaliers de Cholet participent toujours à la figuration de la cinéscénie… En ce 1er avril 1979, la réconciliation de toute la nation avec la république est soulignée par la juxtaposition de ce cœur vendéen et du drapeau tricolore. Le film :« Il était une fois dans l’Ouest » date de 1968. Hommage à Ennio...

lire la suite

Échos du bocage

Posté by le 6 h 47 min dans 2020, Amis, Années 30, Défilés, Historique | 0 commentaire

Échos du bocage

«Échos du bocage» Ce n’est pas un titre de journal mais le nom d’un char de Cholet en 1931. Bien que toujours bocagère, les Mauges ont perdu une grande partie de leur paysage d’autrefois parsemé de marais, quadrillé de haies hautes et serrées, de ruisseaux et de chemins creux serpentant entre les métairies. Les Guerres de Vendée C’est dans ce paysage que commencent, au printemps 1793, les Guerres de Vendée qui vont s’étendre jusque dans le Poitou, en Anjou et au sud de la Bretagne. Les noms des départements sont récents puisqu’ils datent de 1792, à l’avènement de la République.  Il n’est pas dans l’intention de retracer ici la tragédie de cette guerre civile, entre autres marquée par la bataille de Cholet le 17 octobre 1793, suivie de la fuite vers la Loire de la « grande Armée catholique et royale ». Entendez-vous dans nos campagnes ? Dans cette armée, fût-elle « grande », de pauvres paysans passaient tour à tour de leurs terres cultivées au champ de bataille. Ils brandissaient leurs faux dont ils avaient monté les lames à l’envers pour en faire des armes redoutables. Ils accouraient et se regroupaient au son du tocsin. Les Choletais ne pouvaient pas manquer d’évoquer ces pages d’Histoire, même à l’occasion de fêtes telles que la mi-carême, une manière de chasser les démons de ce passé qui hantent toujours les consciences. Le musée d’Art et d’Histoire de Cholet possède de nombreux témoignages de cette tragédie de la fin du 18e siècle. 20e mi-carême de Cholet 15 mars 1931 Des Vendéens sur le qui-vive… Des Vendéens, le visage noirci au charbon de bois, brandissant faux et fusils (pris à l’adversaire), surgissent de partout, dessous et sur un dolmen symbolisé. Les regards sont vifs, perçants et incisifs à l’ombre des larges chapeaux. Ces figurants ont la foi et la détermination de leurs ancêtres. Contraste et nonchalance Mais devant le char, la nonchalance est de mise. En costume du dimanche, cigarette à la bouche  (ils portent aussi des chapeaux), les membres du comité permanent des fête posent pour être sur la photo, pas pour le char ni ce qu’il représente ni les acteurs. Comme quoi la fracture sociale, c’est de toutes les époques. Les arbres de la rue, encore dépouillés, s’accordent avec les branches mortes autour du dolmen. « La Terre des Géants et des genêts en fleurs » n’est que « terre cuite »… Page à consulter : Ciel mon mouchoir.Suite de cet article : Le Mont des Alouettes. Échos du bocage et actualité… Le carnaval de Cholet était préalablement programmé le dimanche 19 avril 2020 et ce jour-là, alors que tout le monde était cloîtré chez soi, la pluie tombait en abondance. La grande parade de Saumur était prévue pour le dimanche 28 juin 2020. Après un début de semaine étouffant, ce dimanche 28 sous un ciel gris et frais : la pluie ! Les fleurs en papier n’y auraient pas résisté… Finalement, le 103e carnaval de Cholet est (re)programmé les 18 et 24 avril ...

lire la suite