System'D - Association
Carnaval de Cholet

Tout sur System’D , Les Actualités du Carnaval de Cholet, Photos et Videos! (Qui sommes nous ?)

BLOG

Tous les articles de System’D Association Carnaval Cholet depuis la création du Blog 6temdassos.fr en Janvier 2010.

Du plus récent au plus ancien.

Les « images à la une » apparaissent dans la marge à gauche de la liste des articles et en partie dans le bandeau supérieur (Top).

Les articles les plus anciens ne bénéficient pas tous d’une « image à la une ».

Afin de partager vos émotions, vos souhaits, tout ce que vous voulez… n’oubliez pas de mettre un commentaire sous chaque article qui retient votre attention. C’est simple, c’est pratique, c’est convivial.

Les commentaires sont rapidement publiés.

Le chapeau tyrolien

Posté by le 16 h 46 min dans 2020, Amis, Années 60, Défilés | 0 commentaire

Le chapeau tyrolien

Le chapeau tyrolien « einen Tirolerhut »  Aujourd’hui, nous nous attarderons sur un sujet plusieurs fois illustré tant à Cholet qu’à Saumur: Le Tyrol, et plus particulièrement, le « Tirolerhut », le chapeau tyrolien. Tant que le défilé fleuri de Saumur exista*, il n’était pas rare que des échanges aient lieu entre Cholet et Saumur. (Cf ci-dessous). Parmi ces échanges, des chars présentant de grandes ressemblances. Le Tyrol Le Tyrol est « un land » alpin à l’ouest de l’Autriche dont la capitale est Innsbruck, haut lieu de la famille des Habsbourg qui lui a donné sa configuration architecturale. Le Tyrol est réputé pour ses stations de sports alpins, ses paysages et ses traditions folkloriques. (9e Jeux olympiques d’hiver en 1964). Les chapeaux tyroliens de 1964 En 1964, justement, la mi-carême de Cholet et le défilé fleuri de Saumur présentent chacun leur char sur le thème du Tyrol. Impossible de ne pas voir leur chapeau. Dans les deux cas un grand chapeau traditionnel posé sur les montagnes domine le char, lui-même à la manière d’un sommet montagneux. C’est une vision très carnavalesque que la représentation de ce chapeau. Il est probable que le chapeau était passé de Cholet à Saumur entre le mois de mars et le mois de juin… Il ne restait plus qu’à le couvrir de fleurs. Dans les deux cas, des musiciens accordéonistes. À Cholet, c’est un grand personnage de carton-pâte qui en cache deux autres petits, bien vrais ceux-là. À Saumur, à l’avant du char, un musicien venu d’Innsbruck avec tout un orchestre qui précède le char (Tyroler-Musik). Cholet – 47e mi-carême – 8 mars 1964 – « Le Chapeau tyrolien »Saumur – Défilé fleuri 28 juin 1964 sur le thème des « Souvenirs de voyages », char : « Parfum du Tyrol » Centre-ville. D’autres chars à Cholet et Saumur sur le thème du Tyrol Saumur – Défilé fleuri du 7 juin 1953 sur le thème des « opérettes », groupe : « Les Tyroliens », char : « L’Auberge du Cheval blanc ». Longué.Cholet  – 37e mi-carême – 28 mars 1954 « You-Kou le Tyrolien »Saumur – Défilé fleuri du 22 juin 1969 sur le thème des « Plaisirs », char « Le Tyrol » Saint-Pierre, quai Mayaud. En « Carnavalie » Beauvoir-en-Lyons La forêt proche a donné une partie du nom de cette localité de Seine-Maritime habitée par environ 600 Beauvoiriennes et Beauvoiriens. Chaque année, au cours du mois d’août, c’est la fête avec défilé de musiques et cinq chars. L’an passé, c’était la 55e les 10 et 11 août 2019. Miss Beauvoir : Pauline Ricœur, retraite aux flambeaux, feu d’artifice, bal, dîner dansant – rien ne manquait, tout comme dans les grandes villes. Coup de tonnerre dans le monde des carnavals Le 2 septembre 2020, le comité des fêtes de Saumur met fin à ses activités. (Re)fondé en 1946 par André Gouin, malgré les difficultés – une ville en grande partie détruite par la guerre – ce comité vient mourir au pire moment de cette vingtième année du 21e siècle, dévastée par l’épidémie de Covid-19.  Ses chars, pourtant conservés avec soin dans deux hangars aux deux extrémités de la ville, sont voués à la démolition s’ils ne trouvent pas acquéreurs avant le 31 décembre alors que la période est désastreuse pour les spectacles et les fêtes, les artistes et les intermittents du spectacle. Qui aurait besoin d’un char, alors que l’épidémie fait des bonds et que la panique s’empare...

lire la suite

Les Angevines de Fougères

Posté by le 5 h 55 min dans 2020, Amis, Défilés, Infos | 0 commentaire

Les Angevines de Fougères

Amatrices et amateurs de « Voyages en Carnavalie », connaissez-vous les Angevines de Fougères ? Pourquoi la fête des Angevines ? De nombreuses fêtes profanes et traditionnelles ont leurs origines dans des faits religieux. Dans le cas présent, il faudrait donc préciser « l’Angevine »… Toute commence en 430 quand la Vierge Marie apparaît à Saint Maurille, évêque d’Angers, près de Saint-Florent-le-Vieil, en Anjou, pour lui demander de fêter sa nativité le 8 septembre de chaque année. L’institution de cette fête donne lieu à une grande dévotion des populations de l’ouest de la France envers la  » Vierge Marie angevine « . Cette tradition, oubliée en Anjou, demeure à Laval (Mayenne) et Fougères (Ille-et-Vilaine). Depuis longtemps, des foires et des processions y animent les premiers jours de septembre. Le puissant château de Fougères a des airs de ressemblance avec celui d’Angers… de quoi peut-être faire aussi le lien entre les deux villes. Lien : Aux origines des foires et fêtes angevines En 1793, des journées vendéennes Des Angevines à Fougères, mais pas des Vendéennes ? Cependant Fougères garde le souvenir du passage des Vendéens dans leur ville lors de la Virée de Galerne. La bataille de Fougères eut lieu le 3 novembre 1793. Les Vendéens occupèrent la ville pendant 5 jours. Ce n’était la fête pour personne… Les Angevines, quatre journées à Fougères Les 21 000 Fougeraises et Fougerais (Ille-et-Vilaine) ont donc maintenu cette fête dite des Angevines fin août / début septembre. Mais, comme partout, elle est annulée en 2020 (5 au 8 septembre). Sa dernière édition date de la semaine du 31 août au 3 septembre 2019. Cette fête des Angevines, c’est une grande braderie dans les rues de la ville, une course cycliste, une fête foraine dans le Jardin des Fêtes, des feux d’artifice et un défilé nocturne de chars et fanfares dans un style carnavalesque. L’ensemble de ces festivités est présidé par une miss angevine et ses dauphines. Ce défilé a pour patronyme : Défilé-cortège-parade de Fougères. Tout est dit, même si c’est un peu compliqué. Des chars de Ploërmel (Morbihan) participent à cette parade. Et parmi les acteurs de 2019, deux groupes connus du Saumurois : Moz Drums (59) et ses percussions lumineuses / L’Élan Saumurois Marching Band. Vidéo 1 La chronique-Fougères chronique républicaineVidéo 2 Ouest-FranceVidéo 3 Frédéric SylvestreLien : La fête des Angevines à FougèresPhotos : Ouest-France / Maville / Photos d’écrans vidéos En attendant des jours meilleurs pour les fêtes et spectacles, allez visiter Fougères qui fut, comme Cholet, un haut-lieu de la chaussure jusqu’en 1967! Et qui souhaiterait le devenir à nouveau ? Espèce en voie d’apparition Le micro-climat de La Tessoualle est favorable au développement de nouvelles espèces d’oiseaux. En voici un qui appartient à la famille des « Lucas »… Masques toujours Si en 2021, pour fêter carnaval, il faut venir masqué, pourquoi ne pas ressortir des placards les masques de 1991 ? Moment publicitaire rétro (au cinéma des années 60 / 70) avec une publicité...

lire la suite

Maurice a rejoint Michel

Posté by le 7 h 38 min dans 2020, Évènements, Infos | 1 commentaire

Maurice a rejoint Michel

Maurice a rejoint son fils, Michel et Daniel 2020, une année sombre pour tout le monde, mais une année noire pour l’association System’D. Alors que le deuil de Daniel affecte nos carnavaliers déjà réduits à l’inaction, un nouveau deuil vient frapper notre équipe. Au terme de longues souffrances, tant morales que physiques, Maurice a fermé les yeux sur ce monde. Au paradis des carnavaliers, il a rejoint son fils Stéphane, rejoint Michel, Daniel et tant d’autres carnavaliers qui nous ont quittés au cours de cette décennie. Hommage à un accessoiriste de talent Pas de carnaval sans accessoires. Ils sont nécessaires pour accompagner et compléter le groupe costumé et le char par tout plein de clins d’œil au thème choisi chaque année. System’D avait accueilli Maurice au début des années 2000. D’abord, il offrit ses services par des actions ponctuelles, puis il s’investit davantage en tant qu’accessoiriste, s’avérant un habile inventeur et trouvant toujours des solutions astucieuses. Les deux « frères » de System’D Michel et Maurice, dans la vie de tous les jours, comme dans leurs activités de carnavaliers, partageaient une complicité fraternelle qui ne s’est jamais démentie. Le départ de Michel l’avait beaucoup éprouvé. Le 30 novembre 2016, Maurice avait perdu un ami, un frère (son demi-frère disait-il), sans la présence duquel il s’était senti désemparé. La bienveillance de Chantal et Madeleine, leurs épouses, et la cohésion de l’équipe System’D lui avaient permis de retrouver le sourire et le plaisir de participer pleinement à toutes les activités de l’équipe où sa gentillesse et son bon sens faisaient l’unanimité. Pour le 101e carnaval, il avait joyeusement revêtu un uniforme du FBI pour assurer la protection rapprochée du char Défense d’y voir ! Nos pensées vont à Madeleine, à David et à toute leur famille. Qu’ils soient assurés de la profonde affection et de la très grande tristesse des carnavalières et carnavaliers de System’D et de toute la famille des carnavaliers de Cholet. Maurice, nous savons que tu ne nous oublieras pas dans notre désarroi et nos interrogations sur l’avenir. Ne te prive pas de nous trouver un petit « truc » qui nous ramène à la sérénité et au plaisir d’être carnavaliers. La cérémonie des obsèques aura lieu jeudi 3 septembre à 10h30 au Sacré-Cœur de Cholet Vous pouvez écrire ci-dessous vos réactions et vos commentaires. Ils paraîtront après...

lire la suite

Les Fêtes de la mirabelle

Posté by le 6 h 22 min dans 2019, 2020, Amis, Années 40, Défilés | 0 commentaire

Les Fêtes de la mirabelle

La mirabelle en fête Depuis longtemps, la petite prune toute ronde aux reflets roses est un des emblèmes de la Lorraine et de l’Alsace dont le climat lui donne toute sa saveur délicate. (Label IGP – Indication géographique protégée). Elle a bien mérité d’être fêtée. Ce voyage autour des douceurs de la table en « Carnavalie » nous conduit donc à Metz et Dorlisheim. Lien : AOC Mirabelle de Lorraine. Metz – Les Fêtes de la mirabelle La fête de la mirabelle en 1947 En ce dimanche 17 août 1947, alors que la Moselle – qui rime avec mirabelle – traversait paisiblement Metz (pour le moment), deuxième jour de la « fête des mirabelles et des fleurs ». Les Messines et Messins retrouvaient le sourire que la guerre leur avait interdit. Cette fête avait été conçue par les prisonniers de guerre du département de la Moselle, le syndicat d’initiatives et le syndicat des producteurs de mirabelles afin de relancer l’économie locale et régionale sinistrée. La veille, des stands variés entre music-hall et marché attiraient le public avide de petits plaisirs. C’est ainsi que le directeur du ravitaillement gagna une assiette plate (et vide) à la tombola… La fête était patronnée par le maire de Metz M. Hocquart et le député Raymond Mondon au côté d’invités prestigieux : Robert Schuman, ministre des finances et Jefferson Caffery, ambassadeur des États-Unis. La croix de Lorraine, autre emblème cher aussi à l’Anjou, était honorée. Les femmes, sous leurs coiffes lorraines, portaient des paniers remplis de mirabelles, tout comme les brouettes que soulevaient les hommes en bel habit traditionnel lorrain. Les danseuses et danseurs d’un groupe régional folklorique lançaient des bouquets fleuris dans la foule. Lien : Photos 1947 et après… Républicain Lorrain Le Génie de la fête La musique militaire du 2e Génie, en garnison à Metz, participait au défilé. Sa devise « Lorraine me garde! » (Voire !*) devant le char du journal « Le Républicain Lorrain – Lundi Sports » sur lequel se tenait la reine Monique Rieu habillée par la Maison Lion-Frères. Sous leurs uniformes américains, faute de mieux et inadaptés pour la circonstance, les soldats bravaient une chaleur implacable, inhabituelle en ce temps-là en Lorraine. Ils étaient dirigés ce jour-là par l’adjudant Robin, tambour-major et leur chef de musique, l’adjudant Bertrand. Parmi ces soldats, un clarinettiste, Robert Percereau, futur père de Christian. Et parmi les spectateurs, accompagnée de sa famille lorraine, sa future mère… Fait du hasard car ni l’un ni l’autre ne se connaissaient à ce moment-là. Un vrai mirabellier pour le corso fleuri du 17 août 1947 De nombreux chars étaient présentés par les villages proches de Metz. Sur l’un des chars, un vrai mirabellier, entouré par trois Lorraines de Lorry-lès-Metz : Denise Genot, Madeleine Willaume et Colette Marchal. Ce char obtint le premier prix. En fin de défilé, sur le char réalisé par l’association des Anciens Prisonniers de Guerre, « la reine des reines », Jacqueline Perbal, élue la veille. Cette partie de l’article ci-dessus, concernant la Fête de la mirabelle de 1947, a été réalisée grâce à la participation des archives du Journal « Républicain Lorrain » et des archives de la médiathèque de Metz. L’année 1947 se terminera par de dévastatrices inondations dans toute la région mosellane. Les autres fêtes de la mirabelle au 20e siècle Prévue pour avoir lieu tous les deux ans, la fête de la...

lire la suite

Au paradis des carnavaliers

Posté by le 9 h 03 min dans 2020, Évènements, Infos | 1 commentaire

Au paradis des carnavaliers

Daniel au paradis des carnavaliers Le samedi 15 août 2020, Daniel a rejoint le paradis des carnavaliers, carnavaliers qu’il a tant servis. System’D, son équipe, est en deuil et lui rend hommage. Toute une vie pour la beauté de son art Après une longue carrière dans la minutie du tricotage mécanique, Daniel était devenu le costumier et le « Trouve-tout » des accessoires de l’équipe System’D. Il faisait preuve d’un caractère affirmé et exigeant, d’abord pour lui-même et dans tout ce qu’il réalisait avec application et précision, avec le soutien moral, artistique et technique de Josette. « Mon épouse, Josette, et Liliane font la couture alors que je concrétise l’accessoire dans l’habit. Je cherche des matières, des astuces, le « Système D » pour un petit budget. L’accessoire, uni au costume, doit être esthétique, mettable, portable par un danseur, solide et prêt à faire face à tous les temps. Il faut que ça donne l’illusion. Des harnais ou des souliers sont fabriqués avec des sangles, du bois, de la ferraille. Ils porteront le squelette d’une aile, la monture de papier mâché ou de polystyrène d’un personnage. Les discussions avec l’équipe font évoluer le prototype qu’il faudra ensuite adapter à la taille de chacun. » Entretien avec Le Courrier de L’Ouest – 6 Avril 2005 Daniel et System’D C’est en 2001/2002 que Daniel s’est impliqué dans l’association System’D. Son premier char avec System’D : La Loi de la Jungle dont il a fignolé les deux lions encadrant l’escalier. En effet, son art de carnavalier dépassait celui du costume. Toutes sortes d’inventions sortaient de ses doigts magiques. Dans un monde souvent trop gris, Daniel avait trouvé là un moyen d’évasion technique, artistique et un esprit de compagnonnage vivifié par l’ambiance festive de l’équipe. À son épouse, à sa famille tout entière dévouée au carnaval, à ses compagnons de route, à tous ses amis, les carnavalières et carnavaliers, et bien au-delà, présentent leurs sincères doléances.  En cette année maudite, nous leur souhaitons de trouver du réconfort dans l’amitié et le partage pour affronter cette douloureuse  épreuve. Daniel toujours parmi nous Daniel, nous garderons de toi le souvenir de ta générosité (puisque tu as permis de greffer des malades grâce aux dons que tu as faits), de ton dévouement discret, de ton sourire malicieux et de ton inventivité sans bornes. Nous comptons sur toi pour continuer de nous inspirer. Vous pouvez participer ici aux commentaires. Sur Facebook, ils seront vite...

lire la suite

De Lisbonne à System’D

Posté by le 8 h 38 min dans 2020, Défilés, Historique | 0 commentaire

De Lisbonne à System’D

En passant par le Portugal Pour cette fois, notre route quitte la France pour des vacances au Portugal. Quel lien d’importance peut-il unir Lisbonne et System’D en 2020 / 2021 ? Tour de Belém et Monastère des Hiéronymites Parmi les grands monuments célèbres de Lisbonne, la Tour de Belém et Le Monastère des Hiéronymites -Mosteiro dos Jerónimos- consacré à saint Jérôme. Cette abbaye est le témoignage monumental de la richesse des découvertes entreprises par les Portugais. De grands personnages reposent dans ce monastère Le roi Manuel 1er (1469 1495). Ce roi a favorisé les découvertes maritimes à travers le monde, faisant du Portugal un pays riche : Vasco de Gama, Pedro Alvares Cabral, Francisco de Almeida; Alfonso de Albuquerque…Vasco de Gama (1469 1524). Ce navigateur découvre la route des Indes en 1498 en contournant le sud de l’Afrique au large du «Cap des Tempêtes» qui deviendra le «Cap de Bonne Espérance».Luís Vaz de Camões, dit «le Camoëns», est le poète portugais le plus célèbre de la Renaissance, (1525 1580). Il est l’auteur de poèmes, pastorales et sonnets. Son œuvre la plus connue est «L’épopée des Lusiades».  La sphère armillaire La sphère armillaire a une place de choix  à Lisbonne, tant sur les monuments que dans les musées. Pour les navigateurs : découvrir le monde La sphère armillaire est le symbole de «celles et ceux qui cherchent leur route», comme l’affirme un reportage des actualités cinématographiques le 25 mai 1960 – Archives de l’INA. Sachant désormais que la terre est ronde, les navigateurs entreprennent d’en faire le tour pour en connaître toutes les facettes. Pour System’D, quérir la Liberté Aujourd’hui, continuer de chercher et d’explorer les voies de la Liberté, c’est toujours aussi difficile, sinon plus compliqué, que de chercher la route des Indes et de l’Amérique au 15e siècle ! Combien de cap des tempêtes faudra-t-il franchir et pour quelle espérance ? Tombent les chaînes de l’épidémie ! Voilà qui nous ramène au char 2020 / 2021 de System’D que nous espérons tous revoir un jour au grand soleil du printemps 2021 quand les chaînes de l’épidémie et de ses contraintes seront (espérons-le) tombées. Voyage en « Carnavalie » (suite) La fête des fleurs de Madère Restons au Portugal avec la fête des fleurs de Madère, née du festival des Roses de Funchal en 1979. Des fleurs partout : tapis de fleurs au sol et sur les maisons, fleurs sur les costumes et sur les chars. « Ma Liberté » (Georges Moustaki) – Chimène Le Salon de la maquette de Cholet, auquel devaient participer les carnavaliers, et qui devait avoir lieu en octobre 2020, est à son tour annulé. Prochain article : Les Fêtes de la Mirabelle – 23 août...

lire la suite

Égypte et carnavals

Posté by le 5 h 34 min dans 2020, Amis, Défilés, Évènements, Historique | 0 commentaire

Égypte et carnavals

L’Égypte antique fait l’objet de recherches archéologiques passionnées depuis le début du 19e siècle. Dès lors, histoire, monuments, écritures, rites, apparats, mystères du pays des pharaons fascinent aussi bien les spécialistes que « le grand public ». Égypte et carnavals font bon ménage comme le prouve cette collection festive sur ce thème (Merci de signaler les chars oubliés). Cholet, Mortagne et Saumur 34e mi-carême de Cholet, 4 mars 1951 «Vision d’Égypte»Défilé fleuri de Saumur 20 juin 1960 Le quartier des Ponts présente : «Le Roman de la Momie» (Théophile Gautier – 1857) accompagné par un succès à la mode de cette année-là : «Mustafa, Chérie, je t’aime» (Alberto Staiffi), un char dont cependant le premier prix fut vivement et même méchamment contesté.Mortagne-sur-Sèvre, 5 mars 1961- L’équipe Grolleau (dissidente de la mi-carême de Cholet) présente « Au Pays de Giseh » et le char «Le Sphinx».58e mi-carême de Cholet, 16 mars 1975 – La Jeune France présente «La Cour de Nefertiti» et le char «Toutankamon».68e mi-carême de Cholet, 23 au 30 mars 1985 – Skizo présente le char « Le 2054e anniversum de Cléopâtre».72e Mi-Carême de Cholet 9 au 15 avril 1989 – Les Scouts présentent « Ah ! c’qu’on est bien quand on est dans son bain ».78e Carnaval de Cholet 30 avril au 6 mai 1995 – Bricolo-Dingo présente: «Momie soit qui mal y pense» et le char «Jour de Gloire pour Thout-Anhk-Arton».Saint-Macaire-en-Mauges. Date ? Temples égyptiens.89e Carnaval de Cholet 2006, 2 au 8 avril 2006 – Les Acharnés présentent le char «Cléopâtre pik son Fard a On».92e Carnaval de Cholet 2009, 26 avril au 2 mai 2009 – Les Accrochars présentent «Mille et une nuits» et le char «Souvenirs d’Égypte».Villevêque (49) – Fête des écoles de l’École publique – 20 juin 2009 – char réalisé CP au CM2 «Masques du Monde».95e Carnaval de Cholet 2012, 15 au 21 avril 2012 – Les Copains d’Abord présentent  «Cléopâtre et Pharaons» et le char «Les pires Amis de Cléopâtre».97e Carnaval de Cholet 2014 – 3 mai et 18 mai – Skizo Carnaval présente ses grosses têtes, «Pharaons d’Égypte» et le char «La danse des Pyramides».La Grande Parade de Saumur -2004 à 2016- Le quartier des Ponts présente « Pharaon » (Char à louer ou à vendre). Le repos des pharaons Tout était prévu pour que la prochaine illustration de l’Égypte antique soit présentée par Rétro-Carnavalo en 2020 pour le 103e carnaval. Mais pharaons et momies devront encore patienter à l’ombre des obélisques et des pyramides.. Voyages en « Carnavalie » Metz – Fêtes de la mirabelle Char des Années 60. Cf l’article qui paraîtra en août : « Fêtes de la mirabelle » Fécamp – Corso fleuri C’est au mois d’août 2015 que cette la municipalité de Fécamp a relancé cette fête. Fécamp, dans la Seine-Maritime, compte 18 000 habitants. Depuis 2015, Les Fécampoises et les Fécampois n’ont pas manqué d’organiser un chatoyant corso fleuri chaque année pour le plus grand plaisir des estivants, d’autant que les musiques et les chars défilent sur le front de mer. La dernière édition est en date du 25 août 2019. Dans les années 80, Cholet et Saumur ont souvent accueilli les majorettes de Fécamp sur patins à roulettes. Liens Ville de Fécamp Corso fleuri de Fécamp Le Bosc-Roger-en-Roumois – Corso fleuri Beaucoup de communes modifient leur nom quand elles se regroupent. C’est ainsi que les Rogebourgeronnes...

lire la suite

Le Mont des Alouettes

Posté by le 6 h 07 min dans 2020, Amis, Années 70, Défilés, Historique | 0 commentaire

Le Mont des Alouettes

le Mont des Alouettes et les ailes de moulin En 1794, la défense du pays contre les « colonnes infernales » se fait aussi par l’intermédiaire des ailes des moulins. Il est dit que la position des ailes à l’arrêt indiquait celle de l’adversaire. C’est ainsi que les moulins du Mont des Alouettes, visibles de loin, ont gagné leur notoriété. 62e Mi-Carême 1er avril 1979 Sur ce char « En passant par le Mont des Alouettes », tenant son arme sans intention belliqueuse, le Vendéen exprime le rêve voire la sérénité. De face, l’un des deux moulins du Mont des Alouettes s’efface derrière lui. Mais il est bien présent, se laissant découvrir ainsi que le calvaire, quand passe le char. Char réalisé par les Scouts avec J.M. Jeanneteau. Emblème Comme tous les figurants, il arbore l’insigne des combattants (pas tous vendéens) de la grande armée catholique et royale. (Les acteurs de 1931 ne le portaient pas).  cf Échos du bocage. Cet emblème, attribué à la Vendée et redessiné juste avant l’an 2000, fut à l’origine de fortes tensions parce qu’il reprenait une figuration datant du gouvernement de Vichy (double cœur avec cette devise : utrique fidelis).  Réconciliation Paniers, sabots, coiffes et costumes des « blancs » rappellent que la première cinéscénie du Puy-du-Fou date du 16 juin 1978 sur la terre toute proche proche des « Géants et des genêts en fleurs ». Pas étonnant que de nombreux carnavaliers de Cholet participent toujours à la figuration de la cinéscénie… En ce 1er avril 1979, la réconciliation de toute la nation avec la république est soulignée par la juxtaposition de ce cœur vendéen et du drapeau tricolore. Le film :« Il était une fois dans l’Ouest » date de 1968. Hommage à Ennio...

lire la suite

Échos du bocage

Posté by le 6 h 47 min dans 2020, Amis, Années 30, Défilés, Historique | 0 commentaire

Échos du bocage

«Échos du bocage» Ce n’est pas un titre de journal mais le nom d’un char de Cholet en 1931. Bien que toujours bocagère, les Mauges ont perdu une grande partie de leur paysage d’autrefois parsemé de marais, quadrillé de haies hautes et serrées, de ruisseaux et de chemins creux serpentant entre les métairies. Les Guerres de Vendée C’est dans ce paysage que commencent, au printemps 1793, les Guerres de Vendée qui vont s’étendre jusque dans le Poitou, en Anjou et au sud de la Bretagne. Les noms des départements sont récents puisqu’ils datent de 1792, à l’avènement de la République.  Il n’est pas dans l’intention de retracer ici la tragédie de cette guerre civile, entre autres marquée par la bataille de Cholet le 17 octobre 1793, suivie de la fuite vers la Loire de la « grande Armée catholique et royale ». Entendez-vous dans nos campagnes ? Dans cette armée, fût-elle « grande », de pauvres paysans passaient tour à tour de leurs terres cultivées au champ de bataille. Ils brandissaient leurs faux dont ils avaient monté les lames à l’envers pour en faire des armes redoutables. Ils accouraient et se regroupaient au son du tocsin. Les Choletais ne pouvaient pas manquer d’évoquer ces pages d’Histoire, même à l’occasion de fêtes telles que la mi-carême, une manière de chasser les démons de ce passé qui hantent toujours les consciences. Le musée d’Art et d’Histoire de Cholet possède de nombreux témoignages de cette tragédie de la fin du 18e siècle. 20e mi-carême de Cholet 15 mars 1931 Des Vendéens sur le qui-vive… Des Vendéens, le visage noirci au charbon de bois, brandissant faux et fusils (pris à l’adversaire), surgissent de partout, dessous et sur un dolmen symbolisé. Les regards sont vifs, perçants et incisifs à l’ombre des larges chapeaux. Ces figurants ont la foi et la détermination de leurs ancêtres. Contraste et nonchalance Mais devant le char, la nonchalance est de mise. En costume du dimanche, cigarette à la bouche  (ils portent aussi des chapeaux), les membres du comité permanent des fête posent pour être sur la photo, pas pour le char ni ce qu’il représente ni les acteurs. Comme quoi la fracture sociale, c’est de toutes les époques. Les arbres de la rue, encore dépouillés, s’accordent avec les branches mortes autour du dolmen. « La Terre des Géants et des genêts en fleurs » n’est que « terre cuite »… Page à consulter : Ciel mon mouchoir.Suite de cet article : Le Mont des Alouettes. Échos du bocage et actualité… Le carnaval de Cholet était préalablement programmé le dimanche 19 avril 2020 et ce jour-là, alors que tout le monde était cloîtré chez soi, la pluie tombait en abondance. La grande parade de Saumur était prévue pour le dimanche 28 juin 2020. Après un début de semaine étouffant, ce dimanche 28 sous un ciel gris et frais : la pluie ! Les fleurs en papier n’y auraient pas résisté… Finalement, le 103e carnaval de Cholet est (re)programmé les 18 et 24 avril ...

lire la suite

Étapes culinaires

Posté by le 5 h 57 min dans 2020, Amis, Défilés | 0 commentaire

Étapes culinaires

Suite du voyage en Carnavalie Au parfum des fleurs, s’ajoutent aujourd’hui les effluves de plats des plus raffinés. Du sud-est à l’ouest de la France, voici deux étapes culinaires et de vacances à noter sur les tablettes, alliant l’esprit de la fête, les chars fleuris et les bons plats. Étapes culinaires : Castelnaudary et Locmiquélic Castelnaudary – Fête du Cassoulet Dans le département de l’Aude, La fête du Cassoulet (10 ans d’existence), ce plat, qui fait la fierté des Chauriennes et des Chauriens, est toujours annoncée des 19 au 23 août 2020 à Castelnaudary, 12 000 habitants. L’un des temps forts de la fête, c’est le corso fleuri. Ce défilé prend place parmi d’autres animations festives : courses, jeux aquatiques, danses, et bien sûr, succulents repas. L’idée de ce corso fleuri revient à Christian Combes qui a proposé de fédérer les comités des fêtes et les associations de 3ème âge des villages voisins de Castelnaudary. C’est ainsi que plus de 15 chars participent à la fête.  Site internet de la fête du Cassoulet. Locmiquélic – Fête de la langoustine Si le ciel et le virus le veulent bien, c’est du 7 au 10 août 2020 que la 86e fête de la Langoustine réjouira les 4 000 Locmiquellicainses, Locmiquellicains et leurs visiteurs. Cette ville du Morbihan s’ouvre sur la rade de Lorient, face à l’île de Groix. Et cette année, l’annulation du festival inter celtique de Lorient permettra peut-être à cette ville de la côte bretonne de donner du relief (des reliefs) à sa fête estivale à laquelle participent habituellement sept chars fleuris (Si celle-ci est maintenue). Site de la ville de Locmiquélic Site de la fête de la langoustine Photos du 11 août...

lire la suite

Carnaval et confréries

Posté by le 6 h 39 min dans 2020, Amis, Défilés, Historique | 0 commentaire

Carnaval et confréries

Le voyage en « Carnavalie » continue… Aujourd’hui un détour au sud-est de Lyon pour y découvrir Carnaval et confréries. Carnaval et confréries des Gones et des Magnauds à Saint-Pierre-de-Chandieu Pendant trois jours, à Saint-Pierre-de-Chandieu (au sud-est de Lyon), les 4 520 habitants, Pierrardes et Pierrards, vivent au rythme du carnaval. Le défilé lui-même présente une trentaine de chars accompagnés par 2 000 participants patronnés par ces confréries : Les Gones et les Magnauds. Le Gone représente l’enfant lyonnais au parler local. Le Magnaud représente l’éleveur de vers à soie (chenilles du bombyx du mûrier). Celui-ci travaille dans une magnanerie. Les canuts, qui filaient ensuite la soie, étaient l’équivalent des tisserands des Mauges.  Plusieurs chars de Saint-Pierre-de-Chandieu se retrouvent au carnaval de Corbas. La 52e édition devait avoir lieu début avril 2020. Là, comme ailleurs, c’est partie remise. Paillassou En fin de carnaval, le mannequin Paillassou entend le tribunal qui lui reproche, selon la tradition ancestrale, tous les malheurs subis par la population. En 2020, l’acte d’accusation n’aurait pas manqué d’être particulièrement long. Ce sera pour 2021 !  Après quoi, la sentence tombe, celle du feu salvateur. Mais il est permis de penser que la Paillassou renaîtra de ses cendres. Suggestion Plutôt que de brûler tout un char, ce qui n’est guère économique ni écologique, brûler cette éphigie, au plus près des origines du carnaval, est tout aussi festive. Livre-souvenir Comme les carnavaliers de Nantes, de Granville et bien sûr de Cholet, les carnavaliers de Saint-Pierre-de-Chandieu racontent leur cinquante années de carnaval dans un livre de 144 pages disponible au prix de 15 €. Lien pour accéder au site internet du carnaval de Saint-Pierre-de-Chandieu. Photos des chars : site internet Ces masques, trouvez-vous ça beau ? Les masques sont désormais partout, même sur les trottoirs ! En 1912, il fallait avoir le la classe pour les...

lire la suite

Lundi de mi-carême

Posté by le 6 h 19 min dans 2020, Amis, Défilés, Historique | 0 commentaire

Lundi de mi-carême

Au lendemain de la 54e mi-carême de Cholet du 18 avril 1971, la fête continue d’autant que de nombreux employés choletais bénéficient d’un jour de congé ainsi que les élèves des établissements scolaires. À cette époque-là (années 70), Cholet est en pleine mutation. Les grues sont nombreuses à construire des tours en périphérie mais aussi en centre-ville. Lundi de mi-carême au stade – 19 avril 1971 Sport et mi-carême À Cholet les activités sportives et la mi-carême ont toujours eu d’étroites relations. Les clubs sportifs ont été parmi les premières associations à construire des chars et défiler en musique. Match de football ou course cycliste, le lundi de mi-carême n’était pas un jour de repos mais un jour de compétition auquel le public de la veille était à nouveau convié et il venait nombreux. Coup d’envoi 33e et dernière édition du championnat de France amateurs: La reine et ses demoiselles d’honneurs ont le privilège d’être aux premières loges. En ce lundi 19 avril 1971, au milieu de l’après-midi, Françoise Coutant, Françoise Goislot et Catherine Roland donnent conjointement (tout un art) le coup d’envoi (symbolique) du match S.O.Cholet / Stade de Reims au milieu de la pelouse (pelouse ou ce qu’il en reste ?) du stade Pierre Blouen.  Fleurs et foot Mais il est plutôt compliqué de pousser le ballon du pied tout en maintenant de fragiles bouquets tout enveloppés de cellophane que les dirigeants du club local viennent de leur offrir ! Le match est donc commencé. Dès lors, les arbitres n’ont d’yeux que pour le ballon. Si quelqu’un connaît le score de ce match, merci de nous le communiquer. Voyage en Carnavalie (suite) Riscle Dans l’arrondissement de Marande dans le Gers, Riscle compte moins de 2 000 habitants. Les Riscloises et les Risclois ainsi que les habitants des villages voisins prennent un grand plaisir à couvrir leur chars de pétales de fleurs naturelles pour la grande fête du jeudi de l’ascension. Retour de cette fête des fleurs en 2021. Site internet fête des fleurs de Riscle Site internet une journée dédiée aux...

lire la suite

Moulin Rouge et carnavals

Posté by le 6 h 06 min dans 2020, Amis, Défilés, Évènements, Historique | 0 commentaire

Moulin Rouge et carnavals

Moulin Rouge et carnavals Le moulin à vent fait partie des thèmes les plus fréquemment utilisés sur les chars. Et parmi ces moulins, il en est un plus particulièrement chouchouté, c’est le Moulin Rouge. Moulin Rouge, haut lieu du french-cancan Le Moulin Rouge est un cabaret parisien fondé en 1889 par Joseph Oller et Charles Zidler (qui possédaient déjà la salle de l’Olympia). Il est situé boulevard de Clichy dans le 18e arrondissement de Paris. À l’origine trônait à cet endroit un éléphant géant. Le moulin lui-même est resté le symbole des dizaines de moulins qui dominaient la Butte Montmartre. Temple du french-cancan, le Moulin Rouge a connu d’illustres danseuses: La Goulue, Jane Avril, La Môme Fromage, Nini Pattes en l’Air, Yvette Guilbert. Le peintre Toulouse-Lautrec y trouva l’inspiration de nombreux tableaux. Voyages en « Carnavalie » et Moulins Rouges Des Moulins Rouges, la mi-carême et le carnaval de Cholet en ont connu: 1911, 1963, 2009. Le prochain devait être celui des Acharnés en 2020… Rendez-vous en 2021 avec « Paris-Parade ». Le défilé fleuri de Saumur a aussi fleuri ses Moulins Rouges: 1957, 1965, 1973. Et d’autres Moulins Rouges intemporels, glanés un peu partout et dans des styles  parfois très différents, de Fontenay-le-Comte à Castelnaudary, le temps de savourer une chorée vendéenne ou un vrai cassoulet. Saint-Macaire-en-Mauges Les chars de Saint-Macaire-en-Mauges (Sèvremoine) – un peu plus de 7 000 habitants, ont une réputation qui va bien au-delà de la région. Les Macairoises et Macairois ont gardé un savoir-faire qu’ils ont souvent partagé avec les Saumurois (cf 1954). À quelques lieues de Cholet, quelle chance de pouvoir présenter tous les deux ans une fête des fleurs toujours aussi colorée. Le char « Moulin Rouge », c’est en 1966. Fête des fleurs de St Macaire-en-Mauges sur Facebook Fontenay-le-comte   En Vendée, les 14 000 habitants de Fontenay-le-Comte, les Fontenaisiennes et les Fontenaisiens, fêteront leur biennale fleurie les 5 et 6 septembre 2020, si tout va bien. Le 14 décembre 2019, ils ont élu une vicomtesse : Louane. site internet – Biennale Nyons Nyons se situe dans la Drôme, région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette ville compte environ 7 000 habitants qui s’appellent les Nyonsaises et les Nyonsais fiers de leur production d’huile d’olive. Les chars fleuris de Nyons défilent d’habitude dans la dernière partie du mois d’avril. En mars 2019, il s’agissait du 119e corso fleuri. Lien sur le site Villeveyrac  Les Villeveyracoises et Villeveyracoises de cette ville de l’Hérault, 3 800 habitants, à 20 Km au nord-ouest de Sète, fêtaient leur carnaval le 7 avril 2019. Site internet – carnaval de Villeveyrac Flassans-sur-Issole  Depuis 2009, les 3 600 Flassannaises et Flassannais de cette ville du Var présentent une fête familiale avec défilé de musiques, groupes et chars au début du mois d’avril.     Site internet – carnaval de Flassans-sur-Issole Fête des jonquilles Gérardmer Et le Moulin Rouge devint le Moulin Jaune ! Lien sur 6temdassos : Fêtes des Jonquilles – Gérardmer. Castelnaudary Dans le département de l’Aude, La fête du Cassoulet, ce plat, qui fait la fierté des Chauriennes et des Chauriens, est donc annoncée du 19 au 23 août 2020 à Castelnaudary, 12 000 habitants (D’autres chars dans un prochain article). Site internet – Fête du Cassoulet Riscle Riscle, dans l’arrondissement de Marande dans le Gers, compte moins de 2 000 habitants. Les Riscloises et les Risclois...

lire la suite

Cette foule, c’était avant… !

Posté by le 6 h 48 min dans 2020, Défilés, Historique | 0 commentaire

Cette foule, c’était avant… !

Quatrième partie du voyage parmi la foule du carnaval de Cholet Depuis 2015, des blocs de béton, des engins de travaux publics en travers des rues délimitent le secteur de la fête d’une autre manière qu’à l’époque où l’entrée au carnaval était payante. Des soldats en armes précèdent le défilé… Faisant abstraction de ces contraintes nécessaires à la sécurité, voici cette foule, c’était avant le confinement de la population en 2020. Cette foule, c’était avant l’épidémie Le parcours est plus court qu’au temps de la mi-carême, ce qui offre tout le loisir d’apprécier musiques, groupes et chars qui défilent lentement. Cependant, il n’est pas toujours facile de trouver une place pour apprécier le spectacle et les trottoirs sont largement débordés. Photo 1 : 11 avril 2010 – Au passage du char de System’D – « La Cité des Dragons », boulevard de la VictoirePhoto 2 : 14 juin 2016 – La foule descend vers la place du 8 mai après le passage du carnaval. Sans trop chercher, vous trouverez sur cette photo l’auteur de ces lignes.Photo 3 : La foule du carnaval de nuit  8 avril 2017 – boulevard de la VictoirePhoto 4 : La foule du carnaval de nuit  8 avril 2017 – boulevard de la VictoirePhoto 5 : 7 avril 2019 – Spectatrices et spectateurs du carnaval de jour – boulevard de la VictoirePhoto 6 : 7 avril 2019 – Spectatrices et spectateurs du carnaval de jour – boulevard de la VictoirePhoto 7 : 7 avril 2019 – Spectatrices et spectateurs du carnaval de jour – boulevard de la Victoire Photos Romuald / Bernard Des chapeaux de paille, capuches, perruques, maquillages, c’est stylé ! Plus besoin d’arborer les beaux habits du dimanche comme autrefois. Des casquettes, des chapeaux de paille mais surtout des capuches, quel que soit le temps. Les sacs à dos ont remplacé les sacs a main. Venir déguisé, c’est la cerise sur le gâteau (il n’y a pas que les enfants) : perruques aux couleurs vives, chemises à carreaux et maquillages outranciers ! Photo 1 : Spectatrices et spectateurs du carnaval de jour 7 avril 2019 -en bas du boulevard de la Victoire (Photo Romuald)Photo 2 : Joyeux public du carnaval de jour 7 avril 2019 – rue du Paradis (Photo Bernard) Smartphones et tablettes Au passage du défilé, s’ajoutent aux caméras et appareils-photos traditionnels, les téléphones portables. Ils émergent de la foule et les selfies ne manqueront pas devant les chars. Et les déclics continuent quand les chars sont exposés. La nuit ce sont des centaines de lucioles électroniques qui s’allument pour des myriades de photographies dont la plupart éphémères et vite oubliées. Confettis et bombinettes Le ramassage des confettis est une activité très prisée, une sorte de recyclage en quelque sorte de bouts de papier déjà recyclés. Et pour les conserver (parfois jusqu’au prochain carnaval) des pochettes en plastique de toutes sortes. Des bombes à fil synthétiques ont remplacé les serpentins en papier (Il fallait être adroit pour les lancer), mais leur prix s’envolent comme les fils. Quant la mousse à raser, ce n’est plus trop d’actualité. Un mauvais film (par Bernard) Et après ? Si le virus ne revient pas en fin d’année, à moins que le remède ait été trouvé pour le rendre inoffensif, c’est officiel, System’D participera à la nuit de...

lire la suite

La foule du printemps

Posté by le 6 h 20 min dans 2020, Amis, Années 50, Défilés, Historique | 0 commentaire

La foule du printemps

Troisième partie du voyage parmi la foule de la mi-carême de Cholet 39e mi-carême 11 mars 1956 Comme chaque année, la foule du printemps se retrouve, cette fois pour pour la mi-carême de 1956. Le soleil éclaire les rues de Cholet. Spectatrices et spectateurs sont en nombre le long des rues, ici, en haut de la rue Gambetta qui a beaucoup changé depuis. La foule du printemps Si les chapeaux masculins sont beaucoup moins nombreux qu’en 1928, il en reste cependant, à la manière du commissaire Maigret. Les bérets sont fréquents. Les enfants sont nu-tête. Un seul chapeau publicitaire en papier est visible. Et tout le monde reste bien rangé sur les trottoirs. En ce dimanche, les costumes clairs annoncent l’arrivée prochaine du printemps. Équilibre instable Les spectateurs, debout sur un rebord de fenêtre se tiennent à la grille, mais leur position est quelque peu inconfortable pour rester ainsi pendant toute la durée du défilé! Une Aronde Simca Cette année-là, la mi-carême présente au moins deux belles voitures que le public peut admirer sous tous les angles.  À l’arrière du char « Le Petit Chaperon Rouge » roule une Simca Aronde 1300, voiture produite de 1951 à 1964. La Simca 9 Aronde et la Fiat 1400 ont été élaborées conjointement chez l’emboutisseur américain Budd, spécialiste des carrosseries monocoques tout acier. Cette nouvelle voiture conserve le moteur Fiat de l’ancienne Simca 8.  Une 403 Peugeot sur un plateau À la fin des années 50, la voiture commence à devenir reine. La Peugeot 403 a donc le privilège de figurer sur un char. Au public de tout faire pour gagner cette voiture que les concepteurs ont voulu de style italien. La 403 a été produite de 1955 à 1966 dans l’usine de Sochaux, en versions berlines, cabriolets, breaks, fourgonnettes et camionnettes. C’est en 1957 que les fléchettes de changement de direction sont remplacées par des clignotants. L’année suivante, les essuie-glaces fonctionnent en parallèle. À suivre Voyage en « Carnavalie » Pornic Pornic est une des grandes destinations familiales des bords de mer en Loire-Atlantique. Pornicaises et Pornicais se comptent au nombre d’environ 15 000. Chaque année, du moins quand tout va bien, les carnavaliers de Pornic présentent deux carnavals très distants l’un de l’autre. Le premier au printemps, le second en été. L’effigie du roi du carnaval, qui change d’aspect selon les années, est brûlée au milieu du vieux port pour terminer cette fête. Un livre est paru qui raconte l’épopée des carnavaliers de Pornic de 1902 à 2019, de la mi-carême au carnaval, comme à Cholet. Photos Ouest-France et carnaval de Pornic Bourg-Saint-Andéol Bourg-Saint-Andéol est situé dans le département de l’Ardèche dans l’arrondissement de Priva. La ville compte un peu plus de 7 000 habitants. En occitan, ses habitants se nomment les Bourguesans ou Bourdésans. Quelques photos de leur corso fleuri du 9 juin 2019. Quelques photos de leur corso fleuri du 9 juin 2019. Site internet du corso Moment musical : Laura Lāce. Riga,...

lire la suite

La paix, la fête

Posté by le 6 h 12 min dans 2020, Amis, Défilés, Évènements, Historique | 0 commentaire

La paix, la fête

Deuxième partie du voyage parmi la foule… La paix, la fête 1946. La seconde Guerre mondiale s’est achevée l’année précédente. Pourtant les restrictions demeurent. La pénurie alimentaire n’a jamais été aussi grande et elle va durer jusqu’au début des années 50. Mais, tous ces soucis oubliés, c’est la Libération, la paix, la fête qui priment. À Cholet À Cholet comme ailleurs, la foule est nombreuse et enthousiaste pour renouer avec la mi-carême le 31 mars 1946. Les balcons sont envahis, comment tiennent-ils ? Et tant pis si le ciel est couvert. Les jeunes ne portent ni chapeau ni casquettes, mais les messieurs bien comme il faut restent fidèles à leur couvre-chef. Pas de pneus pour faire rouler la belle voiture des années folles dont le moteur ne tourne plus depuis longtemps, raison pour laquelle elle est remorquée. En 1946, La France aussi roule sur les jantes… Et en 2020 ? « Le Homard à l’américaine » Pour construire les chars, en plus du matériel de récupération, il a fallu découper des bons « matières ». Le dictateur nazi tombé l’année précédente voit son effigie tenue entre des pinces acérées. Les carnavaliers des Mauges n’ont pas oublié toutes les souffrances endurées par la France – et le monde – pris dans l’étau de la guerre de 1939 à 1945. (Char René Grolleau) À Saumur Le dimanche 9 juin 1946, Saumur réunit tous ses quartiers pour une fête populaire dont le succès sera à l’origine du défilé fleuri à partir de 1948.  V 45 Parmi les trente chars de cette journée mémorable, un seul est fleuri, celui du quartier Portail-Louis. Il s’intitule « V 45 », V comme victoire, 45 comme 1945. Ce char symbolise lui aussi la victoire du monde sur les nazis. Ces deux chars, celui de Cholet et celui de Saumur, rendent hommage aux Américains. Nouveauté dans la page « fête et sonorisation«  Suite du voyage en « Carnavalie » Beaumont-Lès-Valence  Beaumont-lès-Valence, se situe dans l’agglomération valentinoise (Drôme). Chaque année, en avril, les Beaumontoises et les Beaumontois (3 700 habitants) présentent un défilé de sept chars qui parcourt leur petite ville . Cette année, le 110e corso fleuri a été d’abord déplacé début juin avant d’être annulé. Alors, rendez-vous en 2021. Site internet du corso fleuri de Beaumont-Lès-Valence Mi-carême de Chagny Chagny est une ville de Saône-et-Loire, de 5 500 habitants. Le carnaval de Chagny était prévu du 22 au 29 mars 2020. Bien sûr, comme partout, il a fallu s’abstenir. Les Chagnotines et Chagnotins mettent du cœur à l’ouvrage et montrent des chars de belle facture, mais le mois de mars n’est pas toujours idéal pour des chars fleuris.  Le char des reines rappelle celui de Cholet autrefois, quand des pages prenaient place sur les escaliers qui menaient au trône. Site internet de Chagny Comment sortir aujourd’hui ? Une nouvelle génération de mouchoirs : le mouchoir de Cholet s’ouvre un avenir nouveau : un masque pour se protéger et protéger les autres. Belle initiative, à la fois sanitaire et esthétique, à encourager et faire connaître ! TARA Décorateur & Design Global  Quant à la fête, elle n’aura vraiment lieu que lorsque l’épidémie aura complètement disparu et ne fera plus de morts où que se ce soit. Se réjouir de la fin du confinement ne doit pas pour autant nous rendre...

lire la suite

Voyage parmi la foule

Posté by le 6 h 00 min dans 2020, Amis, Années 20, Défilés, Historique | 0 commentaire

Voyage parmi la foule

Pas de carnaval sans public… Les photos du public des mi-carêmes et carnavals, de part et d’autre des rues, sont évidemment plus rares que celles des chars. Elles témoignent pourtant de la fidélité de ce public et de la vitalité de la fête. Ce public pour lequel les carnavaliers travaillent dans l’ombre une grande partie de l’année. Un petit voyage (en quatre parties) parmi la foule s’impose en ces temps où il faut se tenir loin les uns des autres.  Première partie du voyage dans la foule de la mi-carême de Cholet 17e mi-carême de Cholet le 18 mars 1928 Ce jour-là, le voyage nous plonge rue Gambetta. Ce n’est pas encore le printemps. Il semble plutôt faire froid, car les gants, manteaux et autres capelines sont de sortie. Les tenues du dimanche sont de rigueur et les chaussures sont bien cirées ou vernies. Un parapluie est aussi prêt à servir, mais c’est le seul. Les enfants Les enfants les plus jeunes se trouvent soi tout devant, comme aujourd’hui, soit tout derrière, assis sur les rebords de fenêtre pour mieux voir. Les fillettes portent des bas. Mais, malgré ses chaussettes, le garçon qui tient dans sa main une cocarde, est en culotte courte, les genoux à l’air. Sourires Est-ce la température basse du jour qui fige les sourires (un peu crispés) ? Comme toujours, les yeux s’écarquillent, c’est l’émerveillement. En 1928, la photographie n’est plus une découverte. Alors personne ne prend la pose devant le photographe, d’où l’authenticité de cet instantané fixé sur la pellicule. Chapeaux Les chapeaux, bérets et casquettes sont omniprésents. Pas une seul tête n’est découverte, quel que soit l’âge. De quoi réjouir les chapeliers de l’époque qui étaient nombreux. De quoi faire rêver « Gravroche Chapellerie » à Cholet. Mais les chapeaux reviennent à la mode, dit-on… Le sac-à-main, qui semble encombrer la jeune fille qui le tient, risquait probablement moins les pickpockets qu’aujourd’hui. Au programme Impatients de connaître la suite du défilé, des spectateurs consultent leur programme : Souverains hindous, Bonne poires, la Chaussure choletaise, l’arrivée de la comète… Il faudra de bonnes jambes pour rester debout car le défilé est copieusement garni et personne n’a apporté de siège! Plaque Au milieu de la photo, la plaque fixée sur le mur indique l’adresse des bureaux de deux noms célèbres dans l’histoire du textile à Cholet : Émile Sourice Jeunes et Armand Allereau. à suivre… Voyages en « Carnavalie » Ducey-Les Chéris en fête estivale Depuis janvier 2016, Ducey-Les Chéris est une commune nouvelle du département de la Manche qui compte 2 786 habitants. Elle regroupe deux communes : Ducey et Les Chéris. Les Ducéens et les Ducéennes se mettent tous à l’ouvrage, bénévoles, artisans, commerçants… pilotés par Ducey-Festiv, pour fleurir leur ville au début du mois d’août. La petite ville accueille alors un grand nombre de visiteurs. Sept à huit chars défilent accompagnés par de prestigieuses musiques pour un budget de 50 000 €. La fête estivale se termine par un repas dansant. Quel bel exemple de dynamisme ! Site internet photos (maville) Article Ouest-France Vibraye Vibraye est une commune de la Sarthe qui compte moins de 3 000 Vibraysiennes et les Vibraysiens. Depuis 1953, huit chars défilent chaque année au début du mois de juin dont un réservé à Miss Vibraye. Site corso fleuri de Vibraye. Photos « Le Mans...

lire la suite

Fête et sonorisation

Posté by le 5 h 42 min dans 2020, Années 40, Défilés, Historique | 0 commentaire

Fête et sonorisation

La voiture haut-parleur Après la Seconde Guerre mondiale, cette nouveauté était désormais de toutes les fêtes : caravanes publicitaires, courses cyclistes, fête foraine, cirque et mi-carême. « La voiture haut-parleur », (ou pick-up officiel), investissait les rues des villes pour y diffuser ses annonces. Après le confinement de la guerre et la discrétion qu’elle imposait, en 1946, les haut-parleurs à pavillon circulant dans la rue, c’était déjà la fête. Voitures de collection En ce jour de 29e mi-carême de Cholet, le 31 mars 1946, la voiture qui porte les haut-parleurs est un modèle SIMCA 5 (5fgb), 2 places. C’est la troisième voiture produite par SIMCA. Les premières versions de ce modèle datent de 1936. La Peugeot 202 de 1946 lui ressemblait, mais elle avait les phares au centre sous la calandre. La voici: c’est la voiture conduite par le comité des fêtes de Cholet. La publicité parlante comme l’horloge parlante Jusque là, la publicité parlante se « confinait » dans les postes radio et les cinémas (visuelle et parlante). Dès 1945, la publicité s’immisce partout (alors que les gens, pour la plupart, ne sont pas bien riches), et ce n’est qu’un début… Des haut-parleurs dans la ville et sur les chars Puis les haut-parleurs seront accrochés aux balcons, reliés par de longs fils disgracieux, pour que personne n’échappe aux messages publicitaires. Photos : des haut-parleurs dans la ville (1955, 1973, 1976) et sur le char « Vive les Vacances » (1964) Et dans les années 50, 60, une caravane publicitaire précèdera le défilé distribuant buvards, bonbons et chapeaux en papier. Puis les haut-parleurs intégreront les chars eux-mêmes, mais pas pour faire de la publicité.  De nombreuses marques de voitures ont profité de la mi-carême pour faire admirer leurs lignes élégantes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Autre exemple : BDV-1 Viva Grand Sport Renault. Transfuge Depuis ce temps, à Cholet, malgré la multiplication des médias sonores, la tête du carnaval a toujours son véhicule d’escorte au son nasillard. C’est un ancien car-podium J9 du Tour de France (années 80) transfuge de l’apéritif anisé (versions 2016 et 2017). Des publicités… des années 50/60 Puisque les cinémas sont fermés, clin d’œil aux publicités cinématographiques des années 50/60. Voyage en Amérique du Sud L’épidémie entraîne une forte mortalité en Amérique du Sud. En regardant cette vidéo, ayons une pensée pour ces pays fous du carnaval… Là comme ailleurs, la musique des marching-bands n’est plus possible et pour longtemps. Publiée par Serge Waquet sur Vendredi 1 mai 2020 Prochain article : vendredi 8...

lire la suite

Voyages à Venise

Posté by le 5 h 36 min dans 2020, Défilés, Évènements, Historique | 0 commentaire

Voyages à Venise

Voyages à Venise imaginaire Avec ou sans carnaval, Venise a toujours fait rêver. Un sujet de char idéal : un grand canal, des ponts, des palais, des gondoles qui se balancent lentement au rythme des barcaroles, des balises qui ressemblent à des sucres d’orge, des amoureux et des costumes somptueux… Bref une image de carte postale à transposer de bien des façons, même sans jamais avoir foulé la place Saint-Marc. Venise imaginée, voyages à Venise imaginaire… Venise et carnaval Si le carnaval de Venise est d’origine médiévale, sa renaissance, dans un style baroque, est récente : 1980. La tradition du carnaval de Venise avait été interrompue par Napoléon qui craignait que des émeutiers ne se cachent sous les masques. Et depuis, ce carnaval s’était endormi. En cette année 2020, le carnaval de Venise n’a pas connu ses derniers jours de fastes en février. Il a fallu précipitamment troquer les masques et les costumes chatoyants pour des masques et des blouses de protection sanitaires. Fantaisies vénitiennes à Cholet, Saumur, Saint-Sever, Ploërmel 5e mi-carême de Cholet 6 mars 1910 : «Venise à Cholet» (1 photo)18e mi-carême de Cholet 10 mars 1929 : «Idylle à Venise» et « Les gondoliers de Venise »35e mi-carême de Cholet  23 mars 1952 : «Soir à Venise» (2 photos)Défilé fleuri de Saumur 7 juin 1953 : « Un réveillon à Venise» Saint-Nicolas – Beaurepaire (3 photos)Défilé fleuri de Saumur  27 juin 1965 : «Barcarola» – Centre-ville (1 dessin, 2 photos)49e mi-carême de Cholet 20 mars 1966 : «Promenade vénitienne» (1 photo)Défilé fleuri de Saumur 25 juin 1978 : « Musique au pays des doges » – Saint-Hilaire – Saint-Florent (1 photo)Défilé fleuri de Saumur 26 juin 1983 : «Week-end à Venise» – Nantilly (1 photo)77e carnaval de Cholet 17 au 23 avril 1994  » Cholet se gondole à Venise » Bricolo-Dingo (1 photo)Fête des écoles – Villevêque – juin 2000 : « Venise » – réalisation CP au CM2 (1 photo)89e mi-carême de Cholet 2 au 8 avril 2006 : «Dama Venezia – Du Palais des Doges au Carnaval des Mauges» – Skizo-Carnaval (4 photos)Grande Parade de Saumur 27 juin 2010 : « Carnaval de Venise » – Saint-Nicolas – Beaurepaire (6 photos)95e carnaval de Cholet  15 au 21 avril 2012 : «Venise» – Les Cerfs-Pantins (3 photos)99e carnaval de Cholet 17 au 23 avril 2016 : « Venezia » – Compagnie Maskacircus (7 photos)Corso fleuri des Fêtes de la Mirabelle à Metz. Année non précisée. « Un Prince à Venise » (1 photo)100e carnaval de Cholet  2 au 8 avril 2017 «Carnaval» – Les Acharnés (4 photos). Les costumes s’inspirent en partie de la commedia dell’arte.101e carnaval de Cholet 16 au 21 avril 2018 : « Pause vénitienne » – Les Copains d’abord. Probablement le seul char, évoquant la vénérable cité des Doges, à finir sur un bûcher. (6 photos)Fête de la Saint-Jean à Saint-Sever – Landes – (5 000 habitants) 28 juin 2018. « Venise ».Carnaval nocturne de Ploërmel -Morbihan -(9 800 habitants) 11 mai 2019. « Venise ». Photos : Amicale des carnavaliers de Cholet / Comité des fêtes de Saumur / Média 40 / Collection privée / Les Infos du pays Gallo. Rayon de soleil 28 avril 2020. Dans ce sombre printemps, System’D se réjouit d’accueillir Aïdenn, futur carnavalier… Félicitations à Clotilde et Jonathan, les heureux parents...

lire la suite

Des fêtes en jaune

Posté by le 14 h 31 min dans 2020, Amis, Défilés, Historique | 0 commentaire

Des fêtes en jaune

Voyages en « Carnavalie » d’est en ouest : Parmi toutes les fleurs, les jonquilles sont de jolies fleurs jaunes du printemps, de tous les parterres et jardins, mais les jonquilles sont aussi des plantes très toxiques de la tête au pied. Nom latin : Narcissus pseudonarcissus / famille : Amarullidacées. Qu’importe, ces jolies fleurs s’offrent en spectacle dans des fêtes en jaune. Des fêtes en jaune – Fête des jonquilles à Gérardmer Des Vosges et des jonquilles Gérardmer est une ville d’Alsace connue pour ses pistes de ski, son lac et son col de la Grosse Pierre apprécié des cyclistes. Gérardmer, c’est aussi la jonquille.  Les Géromoises et les Géromois (population 10 000 habitants) présentent chaque année un défilé où domine la couleur jaune, puisque les chars sont couverts de jonquilles. Des jonquilles depuis 1935 La première fête des fleurs, en l’occurence des jonquilles, eut lieu en 1935, l’année où Cholet n’a pas construit de chars. Les organisateurs de ce défilé printanier expliquent que ce sont les enfants de la ville qui cueillent les jonquilles sur les collines qui entourent la ville. Pour fleurir un char, il faut environ 5 000 fleurs au mètre carré. Et tout devient jaune À Gérardmer, les chars, de styles très éclectiques, sont de grande dimension. L’entrée du spectacle est payante, ce qui n’est pas surprenant vu l’ampleur de la fête pour une ville moyenne. Et comme par magie, le Moulin Rouge devient un moulin jaune… Français, Allemands et Suisses sont nombreux à participer à cette fête vosgienne. La prochaine édition est programmée le 21 avril 2021 quand les frontières seront de nouveau ouvertes. LIEN pour en savoir plus : site de la fête de la jonquille à Gérardmer. Des fêtes en jaune – Fête des jonquilles à Saint-Étienne-de-Montluc Des jonquilles depuis 1965 Saint-Étienne-de-Montluc est une ville d’environ 8 000 habitants située à 20 Km de Nantes en Loire-Atlantique. Les Stéphanoises et Stéphanois de Saint-Étienne-de-Montluc ont imaginé cette fête des jonquilles en 1964 et la première édition eut lieu le 11 avril 1965. Et tout devient jaune ici aussi Après cueillette, les jonquilles sont regroupées par bouquets de cent fleurs dans des endroits abrités et frais avant d’être méticuleusement posées sur les chars. LIEN pour en savoir plus : site de la fête de la jonquille à Saint-Étienne-de-Montluc. Des nouvelles de Chouic Ouest-France 30 avril...

lire la suite

Mémoire de notre carnaval

Posté by le 5 h 49 min dans 2020, Années 2000, Défilés, Évènements, Historique, Presse | 1 commentaire

Mémoire de notre carnaval

Sous la lune blafarde En ce funeste début d’année 2020, aujourd’hui 25 avril, pas de carnaval nocturne éblouissant de lumières de toutes les couleurs les yeux des enfants et des grands (qui les regardent avec des yeux d’enfants). « Not a sound from the pavement ». Alors, la lumière, il faut la faire renaître au fond de soi en éveillant la mémoire de notre carnaval. Mémoire de notre carnaval Ce soir, voici un moment musical qui rappellera à de nombreux carnavaliers et spectateurs un des meilleurs moments de System’D dans la longue histoire du carnaval de Cholet. Un char et des chats C’était en 2006, lors du carnaval du 2 au 8 avril, System’D avait choisi d’évoquer à sa manière, et avec beaucoup de délicatesse et de sublimes maquillages, la comédie musicale « Cats », avec ce sous-titre : « Rêve de réincarnation ». Cats Cette comédie musicale a été composée par Andrew Lloyd Webber en 1978/1979 d’après Old Possum’s Book of Practical Cats et autres poèmes de Thomas Stearns Eliot, dramaturge américain naturalisé britannique, Prix Nobel de littérature en 1948. Plus de six mille représentations à Broadway. La première de Cats en France a lieu en 1989. Cette partition sera reprise à Paris en 2015. Memory le jour et la nuit Au cours du son et lumière la veille du carnaval, Karine Forcier, de la Compagnie Nuits Blanches, chante, entre autres  Memory. Une interprétation qui sublime la nuit choletaise. Le lendemain et le samedi suivant, c’est sur le char qu’elle interprète cet air envoûtant. Les images des 2 et 8 avril 2006 Memory pour toujours Ce chant fait partie de ces airs intemporels qui touchent au plus profond des êtres et suscitent  toujours une grande émotion. Aujourd’hui, voici quatre versions différentes de Memory. La première avec Barbara Streisand, version originale, les deux autres interprétées par Elaine Page dans le rôle de Grizabella. La quatrième est une adaptation française par Chimène Badi. P’tit Claude (Claude Grolleau), mémoire de notre carnaval P’tit Claude, 65 carnavals marqués de ta souriante empreinte (première participation en 1955). P’tit Claude, carnavalier dévoué, fidèle et discret, toujours jovial, tu nous as quittés. Tu as rejoint ton frère Michel et ton père René. « P’tit » Claude, mais surtout « grand » bonhomme du carnaval et de la vie. Nos pensées vont à tes cousins, à tes amis, à ton équipe « Les Galopins » à laquelle tu vas beaucoup manquer, ainsi qu’à toute ta famille des carnavaliers qui ne pourront même pas te dire adieu. Merci Claude. Et que ta sagesse continue de veiller sur nous. Le monde a en a bien besoin ! P’tit Claude, System’D te dédie « Memory » pour t’accompagner dans l’autre monde. Et nous rêverons de t’avoir toujours à nos côtés… Courrier de l’Ouest 25 avril 2020 Prochains articles : mardi 28 avril 15h et 1er...

lire la suite

Du soleil, des fleurs et des moissons

Posté by le 11 h 44 min dans 2020, Amis, Années 50, Défilés, Historique | 0 commentaire

Du soleil, des fleurs et des moissons

Voyages en « Carnavalie » (suite) Du soleil, des fleurs Fête des fleurs de l’île d’Yeu En ces temps de confinement, l’île d’Yeu, qui n’est pas reliée à la Vendée par un pont, a évité le flot de « réfugiés » venus se mettre à l’abri pour échapper à l’épidémie. En d’autres temps plus cléments, l’île d’Yeu se réjouit toujours de recevoir visiteurs et touristes. Plus particulièrement pour admirer sa fête des fleurs tous les deux ans à la fin du mois de mai. La prochaine édition reste programmée le 31 mai 2020. Du soleil, des fleurs, qui sentent bon les vacances, parsèment le parcours du défilé sur l’île avec des noms parfumés d’air iodé : Le parking de la Chapelle, Ker Chalon, Saint Sauveur, Cadouère, Port Joinville. Un bal populaire termine cette journée de fête.  Site du la fête des fleurs de l’île d’Yeu Des fleurs et des moissons 40e mi-carême de Cholet 31 mars 1957 En 1957, les carnavaliers présentent un char en grande partie fleuri qui s’intitule : Messidor. Sous un arc-en-ciel fleuri, Céres, déesse de l’agriculture. Puis deux belles gerbes aux longues tiges. Des gerbes conservées avec soin depuis le mois de juillet 1956, puisque la mi-carême, c’était fin mars quand le printemps n’avait qu’une dizaine de jours. Les enfants, assis sur le char, ont l’air un peu perdus, à moins que le photographe ne les aient surpris. Le calendrier de 1792 Ce char fait allusion au mois Messidor. Messidor était le dixième mois du calendrier républicain français établi de 1792 à 1805. Il correspondait, à quelques jours près et selon l’année, à la période de la mi-juin à la mi-juillet. Son nom, créé par le poète Fabre d’Églantine, s’inspirait du temps des moissons, une période où les orages brusques peuvent succéder au grand soleil, laissant à l’horizon d’éphémères arcs-en-ciel. Pas de chance pour les Sables d’Olonne qui devaient rétablir leur fête des fleurs (la plus ancienne en 1934) pour la première fois depuis 1987 le 10 mai 2020. Cette fête est elle aussi annulée. Coronavirus. Les 120 000 habitants des Mauges seront dotés d’un masque en tissu En 1911, les carnavaliers de Cholet étaient déjà équipés… Confinement des humains : un ours a été vu dans un jardin à La Tessoualle… Le temps du confinement mis à profit par Patrick Des sculptures sur bois de cèdre, pleines de vie et de malice, réalisées par Patrick… Et ce n’est pas fini ! Souriez avec les marionnettes de Laurent Ouest-France. 14 avril 2020. Brice Bacquet Énigme Et si vous avez une explication concernant ce vrombissement entendu mardi soir entre 21h30 et 21 35 dans toute la région, nous sommes preneurs… Nous transmettrons à qui de droit ! Prochain article et hommage à P’tit Claude : samedi 25 avril...

lire la suite

Des fleurs pour Bacchus

Posté by le 6 h 02 min dans 2020, Années 50, Défilés, Historique | 0 commentaire

Des fleurs pour Bacchus

Des fleurs pour Bacchus Aujourd’hui 19 avril 2020, les rues de Cholet sont vides lorsqu’elles auraient dû s’animer dans l’effervescence du 103e carnaval. Il n’en est rien. Silence absolu. Ciel gris. Une pluie drue à ne pas mettre un char dehors cet après-midi (consolation de nos regrets). Les dieux ne sont plus avec les carnavaliers ni personne d’ailleurs. Alors, peut-être qu’en offrant des fleurs à Bacchus comme autrefois et en levant son verre ?… Ce sera plutôt pour après le confinement. Ce dieu des plaisirs et du vin a connu son temps de gloire, fêté qu’il fut de nombreuses fois, à l’occasion des mi-carêmes, et pas seulement à Cholet ! Les prédécesseurs À Saumur, le 11 juin 1950, le défilé fleuri a pour thème : « Fleurs fruits et vins ». La commune de Montsoreau, proche de Saumur, présente un festival de crus locaux. 36e Mi-carême 15 mars 1953 AOP fleurie Les carnavaliers choletais présentent ce jour-là -sous un grand soleil franc- un char fleuri : « Hommage à Bacchus », une belle et haute bouteille de Champagne encadrée par deux verres à pied, une réalisation de La Jeune France. Quand le vent est à boire, il faut (d’abord) le tirer Heureusement que ce char « Hommage à Bacchus » n’était pas trop grand car, au moment du départ, l’attelage qui devait être harnaché à un cheval se brisa.  Mais les carnavaliers n’ont jamais cédé devant l’adversité (sauf quand il s’agit de cette épidémie de 2020). Il fallut donc que l’équipage tirât son char à la main à défaut de tirer du bon vin de la dive bouteille. Les sacs-à-vin La musique qui les précédait leur avait cependant donné un entrain incomparable. La confrérie des Sacs-à-vin avait une vitalité à revendre qui se manifesta de nouveau dans les rues de Parthenay puis dans les rues de Saumur le 7 juin 1953. Des Sacs-à-vin mutants puisqu’ils y incarnaient cette fois des gondoliers. De quoi se gondoler en effet… Des fleurs pour Bacchus… et pour les carnavaliers Pour en revenir à notre « Hommage à Bacchus » le 15 mars 1953, n’en doutons pas, au bout de leur effort de traction du char (ou pour le retenir dans les descentes), la revanche vint enfin le soir, car le parcours du défilé, en ce temps-là, ne manquait pas de longueur. De quoi être assoiffé et mériter de trinquer à cette belle balade ! Léon et Pierrot furent parmi les artisans de cette élégante réalisation fleurie. Le char était précédé et suivi de nombreuses autres bouteilles à deux pieds portant des étiquettes géantes envoyées par les propriétaires de crus renommés de toutes les régions de France, du moins ceux qui avaient bien voulu se prêter à ce jeu sans intention publicitaire.*  Vive l’eau vive ! Les moralisateurs n’avaient pas encore censuré l’innocente et voyante présence de ces bouteilles dans une fête populaire. Les slogans au bas du char le prouvent.  C’est vrai qu’il fallut attendre la circulaire du 3 septembre 1981 du ministre de l’éducation nationale Alain Savary pour interdire toute boisson alcoolique dans les cantines scolaires. «L’eau est la seule boisson hygiénique recommandable à table». *Cf entretien avec Léon et Pierrot dans le livre « La Grande Aventure des Carnavaliers de Cholet ». Char Virtuel pour carnaval confiné et roi du carnaval lui-même confiné Réalisation d’Yves Grolleau -BRICOLO-DINGO- (Photos diffusées sur Facebook)...

lire la suite

Des souvenirs fleuris

Posté by le 13 h 47 min dans 2020, Années 30, Années 50, Défilés, Historique | 0 commentaire

Des souvenirs fleuris

Des souvenirs fleuris Comme de nombreuses villes, Cholet a connu sa fête des fleurs en plus du mardi gras et de sa mi-Carême. Puis, toutes ces fêtes n’en ont fait plus qu’une, celle de la mi-carême. En ces temps de printemps 2020, où il ne fait pourtant pas bon sortir, un petit tour parmi des souvenirs fleuris, c’est un moment appréciable car il est toujours permis de rêver. 26e mi-carême, 7 mars 1937 En 1937, les carnavaliers présentent un grand éléphant fleuri tout en blanc sous le titre « Fétiche blanc », une voiture printanière toute fleurie – une Peugeot 201 ? et des chevaux caparaçonnés de fleurs pour tirer le char maritime « Gardien de phare ». Mais c’est sous la pluie que cette mi-carême a lieu. 27e mi-carême, 27 mars 1938 En 1938, les carnavaliers présentent deux chars fleuris : L’oiseau Bleu et Un violon dans la nuit. L’oiseau bleu, c’était un avion. Un violon dans la nuit, comme son nom l’indique c’était un immense violon accompagné de son archet et de musiciens de l’époque baroque.  Les dimensions de l’instrument sont parfaitement respectées, ce qui représente une belle prouesse de construction. C’est surtout des balcons et des fenêtres que ce violon devait apparaître dans toute sa splendeur. Et quel aurait été le rendu de ce violon la nuit avec les éclairages actuels ? Raymond avait participé à la construction de ce char. Le défilé fleuri de Saumur 7 juin 1953 – Les opérettes célèbres – « Rêve de Valse ». Quartier Portail- Louis (3 photos)26 juin 1966 – Vingt Ans de thèmes – « 1900 ». Centre-ville. Peut-être, le même plan de base a-t-il servi. (1 dessin, 1 photo). Moment musical pour temps de confinement Prochain article : dimanche 19...

lire la suite

Alors sortons masqués

Posté by le 5 h 19 min dans 2020, Années 30, Années 40, Défilés, Historique | 0 commentaire

Alors sortons masqués

Alors sortons masqués L’épidémie qui continue de sévir oblige chaque citoyenne et chaque citoyen à se couvrir le visage avec un masque qu’il soit industriel ou artisanal. Même si les masques actuels sont moins seyants que ceux du carnaval, aux carnavaliers de montrer l’exemple : S’il faut sortir, alors sortons masqués. Il fut un temps où le masque faisait partie intégrante de la mi-carême. Souvent fait-maison, le masque était porté tout au long du défilé. Visage anonyme dissimulé derrière le masque dans la tradition carnavalesque consistant à mélanger les gens sans qu’ils puissent se reconnaître. Certains de ces masques, mais également des grosses têtes, auraient suffi à faire fuir les virus ! 6e mi-carême de Cholet – 26 mars 191121e mi-carême de Cholet – 20 mars 193229e mi-carême de Cholet – 31 mars 194656e mi-carême de Cholet – « Va petit mousse » – 1er avril 197359e mi-carême de Cholet – « La cuisine française » – 4 avril 197659e mi-carême de Cholet – « Son escorte à luy » – 4 avril 1976 Voyage de Pâques en « Carnavalie » Puisque c’est Pâques aujourd’hui, un détour au centre de la Bretagne nous conduit aujourd’hui à Livré-sur-Changeon. Carnaval à Livré-sur-Changeon Livré-sur-Changeon, est une ville de 1700 habitants en pays Gallo, à proximité de Vitré et au sud-ouest de  Fougères. Le Changeon est un affluent de la Veuvre (ou le Chevré) qui rejoint la Vilaine. Il existe une autre rivière Changeon à l’est de l’Anjou. C’est traditionnellement le jour de Pâques et le lendemain lundi que chars, musiques et groupes défilent dans les rues de la ville, comme pour marquer la fin du carême. Mais comme partout, cette année, les rues de Livré-sur-Changeon resteront désertes et silencieuses. Pardon à Nicodème, recherche des œufs, vide-greniers, feu d’artifice ponctuent aussi ces journées de fête préparées par au moins 200 bénévoles. Site du carnaval de Livré-sur-Changeon Moment musical avec une pensée pour toutes celles et tous ceux qui ont quitté ce monde depuis le début de l’épidémie. Prochain article : mercredi après-midi 15...

lire la suite

Carnavals et déguisements

Posté by le 11 h 27 min dans 2019, 2020, Amis, Années 50, Défilés, Historique | 0 commentaire

Carnavals et déguisements

Voyages en « Carnavalie » Aller à Saint-Germain-du-Corbéis Saint-Germain-du-Corbéis est une petite ville de l’Orne en Normandie. Ses 3 800 habitants, qui s’appellent les Corbenoises et les Corbenois, adorent carnavals et déguisements… Chaque année, fin mai, début juin, cette ville vit au son des fanfares, des harmonies autour de sept à huit chars, des chars fleuris qui ne sont pas de grandes dimensions mais dont l’esthétique est soignée. Cette année, la fête devait avoir lieu le 24 mai. Mais là comme ailleurs, impossibilité de construire les chars. Quelques photos du carnaval de Saint-Germain-du–Corbéis. D’autres photos en suivant les liens. Site du carnaval de Saint-Germain-du-Corbéis Retour à Cholet Le mardi gras Le mardi gras (en février) était autrefois jour de fête dans de nombreuses villes grandes ou petites. Quelques heures de plaisir dans des semaines de travail sans répit, du lundi matin au samedi soir quand il ne fallait pas aussi travailler le dimanche. D’ailleurs la règle du repos dominical a fait l’objet de vifs débats au début du vingtième siècle. Suite à la catastrophe de Courrières, le 13 juillet 1906, les députés votèrent une loi destinée principalement aux ouvriers afin qu’ils aient droit à ce repos hebdomadaire sans référence à la religion. Le concours des travestis Alors ce mardi gras férié, c’était une fête appréciée dont il fallait profiter  sans restrictions, d’où le succès des concours de déguisements (de « travestis » ainsi disait-on) à condition de suivre le parcours indiqué et de s’arrêter aux contrôles, avant d’être ou non récompensé par quelques pièces de monnaie. Le concours pouvait se faire seul ou en petit groupe. Il est arrivé que des lauréats, grisés par leur succès, mais aussi par le bons coups de gnôle proposés sur le parcours (les bars étaient nombreux et en février il fait généralement froid), oublient de venir chercher leur récompense, de quoi rater le retour au bar pour fêter ça… Annonce du concours de travestis « Le mardi 27 février 1900, le concours carnavalesque se tiendra de 2h à 5h et le premier prix sera de 80 francs. Quatre lieux de contrôles sont prévus : place de la Gare, place Saint-Pierre, place Travot et carrefour de la Grande-Casse. Chaque groupe ou chaque individu déguisé doit donc se munir de quatre tickets » ainsi que l’annonce le journal L’Intérêt Public du 18 février.  Les « individuels » La mi-carême attirant de plus en plus de spectateurs, donc environ 20 jours plus tard, les travestis du mardi gras sont devenus les « individuels » du défilé parmi les musiques, groupes dansants, carnavaliers et chars. Mais cette pratique est progressivement tombée en désuétude dans les années 70/80. Il fallait être aussi bien filou pour faire deux fois le parcours avec deux déguisements différents pour espérer faire grossir la cagnotte. Carnavals et déguisements Des adeptes de la belle parure se distinguaient par l’originalité de leurs de leurs costumes. Dans la lignée des génies du déguisement, un nom est resté plus célèbre que tous les autres, celui de Gustave Valette dont le Courrier de l’Ouest a relaté l’épopée le 22 mars 2020. 42e mi-carême de Cholet (cf Une dame de cœur) Pour les enfants, des idées de dessins et de déguisements. Moment musical : Stelios Kerasidis – 7 ans Prochain article le dimanche de Pâques dimanche 12...

lire la suite

Carnavals, le voyage continue

Posté by le 5 h 06 min dans 2020, Amis, Années 50, Défilés, Historique | 0 commentaire

Carnavals, le voyage continue

De carnaval en carnaval, « le voyage en Carnavalie » se poursuit dans l’espace et le temps hors des limites étroites du confinement. Aller à Nyons Nyons se situe dans la Drôme, région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette ville compte environ 7 000 habitants qui s’appellent les Nyonsaises et les Nyonsais fiers de leur production d’huile d’olive. Les chars fleuris de Nyons défilent d’habitude dans la dernière partie du mois d’avril. En mars 2019, il s’agissait du 119e corso fleuri. Puis les carnavaliers de Nyons ont été invités à Mechernich, ville jumelée en Allemagne, pour assister à son carnaval d’un autre style. Site du carnaval de Nyons Aller à Sergines Sergines est une ville de l’Yonne en Bourgogne qui compte 1 400 habitants, les Serginots et les Serginottes… Chaque année, cette petite ville présente un carnaval de chars fleuris au mois de mars. Et par chance, cette année, ce carnaval a pu avoir lieu le 8 mars juste avant le grand plongeon chacun chez soi. En espérant que les visiteurs et les habitants ne se soient transmis que des confettis. Ils ont pu au moins faire le plein de belles images pour continuer de rêver. D’autres photos sur Flickr Site du carnaval de Sergines Retour à Cholet Dans l’article sur la mi-carême (19 mars 2020), figurait le final des chars de 1955 sur la place Travot. L’un de ces chars se nommait « 5 en Tonnerre » (cinquantenaire du comité des fêtes). Et voilà le témoignage d’Yves Grolleau, que nous remercions, notre roi des carnavaliers 2020 qui aura le privilège de l’être encore en 2021 (Cf commentaires). « Le 20 mars 1955, j’étais tout fier de défiler sur le char de mon oncle René Grolleau, en compagnie de mes cousins Michel et Claude, de leur mère Camille et de mon frère André, décédés depuis. Mon frère jouait le rôle du roi en haut du char, et le temps était gris avec une petite bruine par moments… J’avais 13 ans et c’était mon premier défilé! » Si vous avez vous aussi des anecdotes à raconter et partager, profitez du site, il est aussi fait pour cela. Une équipe confinée Petit rappel : La start-up Chouic, créatrice de jeux, applications pour mobiles, ordinateurs, tablette. Chouic est aussi la start-up qui veille au bon fonctionnement de 6temdassos.fr. Voici son équipe au complet, éparpillée, proche ou très éloignée de ses nouveaux locaux de Nantes. Prochain article : mercredi après-midi 8 avril...

lire la suite

Ultimes photos du char

Posté by le 5 h 50 min dans 2020, Amis, Construction, Évènements | 0 commentaire

Ultimes photos du char

Poisson d’avril ? Non, ce n’est pas un poisson d’avril. Revoici le char de System’D «La Liberté s’enchaîne, La Liberté sans chaînes» sous des couleurs printanières qui laissaient augurer de jours heureux. Mais ces peintures, ébauchées sur le char, seront des couleurs pour plus tard… Ultimes photos du char et des accessoires System’D Ce sont les ultimes photos du char et des accessoires prises par Bernard, juste avant la fermeture des portes de l’atelier. Depuis ce samedi 15 mars où le carnaval 2020 a été définitivement annulé, la Liberté s’est endormie comme la Belle au Bois dormant. Un jour, son prince viendra…  Un si grand silence Jamais un atelier de carnavaliers n’avait connu un si long silence. Radio « Alouette » n’émet plus dans les coursives et les salles de l’atelier désormais désert. Souvenez-vous des cliquetis, étincelles, claquements métalliques de la nuit de la soudure. Comme elle paraît déjà loin cette dernière nuit festive des carnavaliers de Cholet… Et cette foule, si nombreuse découvrant les chars pendant les portes ouvertes ! Essai de nouvelle présentation de galerie photos. Le temps de chargement des photos doit s’avérer beaucoup plus court. Donnez-nous votre avis. Rangement Les pots de peinture sont de nouveau alignés sur les étagères, les couvercles bien enfoncés. Les pinceaux sont aussi bien rangés, bien propres, prêts à servir. Les chars protégés Des bâches recouvrent désormais les chars pour éviter que la lumière altère les couleurs et que, surtout, la poussière ne vienne pas s’y coller. Maintenant, les araignées vont pouvoir tirer leurs fils un peu partout à la place des électriciens. L’épidémie Bernard a symbolisé, à sa manière, le terrible fléau qui ravage les populations presque aussi désemparées face à l’épidémie qu’elles pouvaient l’être autrefois quand la médecine balbutiait et que des légendes couraient plus vite que les virus. (Les rumeurs ont toujours le don de se propager au-delà de tout confinement et de toute frontière.) System’D espoir Un petit mot rassurant de notre marionnettiste Laurent suite au vol de son outil de travail dont il a été victime: « Bonjour à toutes et à tous… Quelques nouvelles de la roulotte… L’expertise a été faite. 3 semaines de travail. L’assurance prendra en charge une partie du coût de la restauration. Parfait. Merci à la Maif pour son soutien. Confinement oblige, les travaux débuteront dès que possible de façon à ce que la roulotte soit opérationnelle si possible début juin… Prenez soin de vous ! Le spectacle va revenir ! » Et n’oubliez pas d’ajouter vos commentaires, pour monter que toute l’équipe System’D reste unie. C’est bon pour le...

lire la suite

Voyages dans l’espace et le temps

Posté by le 6 h 33 min dans 2020, Amis, Années 50, Années 60, Défilés, Historique | 0 commentaire

Voyages dans l’espace et le temps

Voyages dans l’espace et le temps en « Carnavalie » Aller à Auxonne Quand il n’est plus possible de sortir de chez soi, il existe toujours d’autres façons de s’évader et de faire quelques voyages dans l’espace et le temps à l’aide des technologies d’aujourd’hui. Au temps des grandes pandémies médiévales, il faut imaginer la solitude des gens sans autre moyen de communication que la voix, parfois la musique… Nous allons commencer un voyage en France parmi les carnavals peu connus. Pour commencer voici celui d’Auxonne. Il faut prononcer le x comme ss, parce qu’autrefois les moines copistes remplaçaient souvent les ss par une croix. Cette ville se situe en Côte d’Or, à proximité de Dijon et compte moins de huit mille habitants. Le premier carnaval relaté dans les chroniques daterait de 1443. L’actuel carnaval d’Auxonne a lieu habituellement au mois de mars. Les chars sont couverts de fleurs. Environ 180 000 fleurs par char. Il s’agit d’une moyenne, car les réalisations carnavalesques vont de la petite voiture décorée aux grands chars dont voici quelques photos. Elles prouvent le dynamisme des habitants de cette ville à construire des chars de grande qualité, parfois surprenants. Pour en découvrir davantage, cliquer sur ce lien : carnaval d’Auxonne. À noter que les carnavaliers de Cholet ont leur alter ego à Auxonne : les Bricolo-Dingos. Retour à Cholet Que s’est-il passé un 28 mars ? Mi-Carême 28 mars 1897 – Du gaz aux rayons X Les tableaux carnavalesques se succèdent à partir de « 4h » (après-midi, bien sûr) : L’Alcazar choletais – Instrumentistes et chanteurs répartis dans deux voitures. Des Astrologues brandissent une longue lunette. Quatre gaillards font sauter en l’air le mannequin d’un militaire qui retombe dans une couverture, parfois parmi les spectateurs… Parmi les autres sujets du jour : les becs des gaz, Les rayons X (découverts en 1895 par Wilhelm Röntgen), les conserves et les actualités… 37e mi-carême 28 mars 1954 – Le père fouettard Son Excellence Monseigneur Chappoulie est venu sermonner les fidèles à Notre-Dame : « …Ne suis-je pas autorisé à dénoncer l’affaiblissement du sens du péché dans certains aspects que prennent à Cholet les réjouissances traditionnelles de la Mi-Carême ?… Cette Mi-Carême si chère aux Choletais, risque de se détruire elle-même par ses excès… Et puis, cherchez donc quelques amusements de remplacement…. On fait de bien belles fêtes en ce domaine : elles élèvent au lieu d’abaisser. » Encore un peu, et l’évêque aurait imposé le confinement à ses ouailles pendant la durée de la fête. Pourtant la mi-carême a été instituée par l’église elle-même pour soulager les croyants des contraintes du carême.  Eh bien, tant pis pour l’évêque, les chars de la mi-carême 1954 proposent un beau voyage à qui sait les apprécier, dont un clin d’œil à Nice où s’était rendue une délégation de carnavaliers choletais. Un voyage à Vienne pour danser la valse sur la grande roue… 48e mi-carême 28 mars 1965 – Grande pointure Les élections municipales ont eu lieu les 14 et 21 mars 1965, l’élection du premier magistrat de la ville par le conseil municipal le vendredi 26. Le tout nouveau maire, Mr  Maurice Ligot, découvre une chaussure géante installée dans le foyer du théâtre où se tient la cérémonie de remise des clés. – Plus rien à voir, semble-t-il, avec la pantoufle de Cendrillon de 1948...

lire la suite

La Liberté pleure

Posté by le 16 h 17 min dans 2020, Amis | 0 commentaire

La Liberté pleure

La liberté pleure, oui, et elle a de bonnes raisons de pleurer. Jamais elle n’a été tant enchaînée dans le monde. Elle l’était déjà dans les conflits guerriers et politiques. La voici partout enchaînée par la maladie. La Liberté pleure sur l’humanité désemparée Ce n’est pas un envahisseur cosmique qui a envahi le monde. Il a suffi d’un virus foudroyant, invisible, –SARS-CoV-2 ou Covid-19 – pour paralyser l’humanité. Et plus d’autre choix que de se calfeutrer dans les maisons, les immeubles et d’attendre. Cependant, de nombreuses professions s’exposent malgré tout au danger de la contagion pour porter secours, soigner, alimenter, éviter le désordre. La Liberté pleure sur l’humanité malade Si les Français se sont précipités sur les rouleaux de papier-toilette, de nombreux américains se sont rués chez les marchands d’armes. En 2020, une épidémie peut-elle donc rendre l’humanité folle au point de susciter le « chacun pour soi » et la haine ? D’autant que rien n’arrête ni la bêtise ni les vandales et ceux-ci, sous prétexte de faire ce qu’ils veulent salissent la liberté. La liberté à de bonnes raisons de pleurer, oui… La liberté pleure sur nos joies éteintes Toute fête est désormais rangée dans les placards et pour longtemps. Les enfants, qui grandissent vite, auront loupé une marche de leur vie et c’est beaucoup dans la vie d’un enfant. Nous leur devons beaucoup d’attention et nous leur devrons beaucoup de jours de fête, pour assécher les larmes de la liberté.  Aura-t-on assez d’audace pour leur créer un monde nouveau et plus beau ? Pourrons-nous, ou celles et ceux que nous avons vu grandir, être les flambeaux d’une liberté sans chaînes ? La liberté toujours… En attendant des jours meilleurs qui sont encore loin de nous, il reste toujours possible de s’évader par l’imagination. Le site de System’D vous invite à relire et revivre le carnaval de Cholet au travers des pages photos innombrables, les pages vidéos et bien sûr les pages Histoire du carnaval de Cholet (et d’ailleurs). De temps en temps, nous continuerons d’ajouter des aventures passées de nos hauts faits d’armes de carnavaliers. Réflexion sur la...

lire la suite