System'D - Association
Carnaval de Cholet

Tout sur System’D , Les Actualités du Carnaval de Cholet, Photos et Videos! (Qui sommes nous ?)

11 novembre, un jour différent en Allemagne

11 novembre, un jour différent en Allemagne

Si la réputation des grands carnavals allemands n’est plus à faire, une anecdote les concernant est bien moins connue, celle du Narrenreich…

Le 11 novembre est une date importante de l’histoire de la France. Le 11 novembre 1918, à 11 heures, le clairon sonnait le cessez-le-feu après les cinq années que dura la Première Guerre mondiale. En Allemagne, cette date, en tant que commémoration de la fin de la première Guerre mondiale, est peu célébrée et ce n’est pas un jour férié.

Pourtant, en Rhénanie, de tradition catholique, le 11 novembre n’est pas un jour comme les autres. Depuis très longtemps, c’est en effet le premier jour de la saison des carnavals, dite la «cinquième saison». C’est aussi la date à laquelle commencent officiellement la construction des chars et l’élaboration des costumes des carnavals de l’année suivante.

Narrenreich 11. november

Vidéo 2017 – À voir directement sur You tube en cas de problèmes de lecture.

Pour être tout à fait précis, chaque année (normale), cette saison des carnavals commence donc le 11/11 à 11h11. Ce jour-là, c’est le renouvellement du Narrenreich, le Royaume des fous, c’est-à-dire des amuseurs, des farceurs, tels les fous du roi. Un couple princier est élu ainsi qu’un conseil des 11, soumis à une constitution de 11 articles, bref, une monarchie parlementaire qui règne sur les fous jusqu’au Carême, avec une résurgence à la Mi-Carême. À Cologne, dans la langue locale, cette exclamation retentit à 11h11, le 11 novembre : «Kölle alaaf !» (en allemand « Köln allein »), « Vive Cologne! » ou « Cologne avant tout ! ». Le cérémonial est à peu près identique à Düsseldorf.

Allemagne, Révolution française, occupation militaire

De 1792 à 1815, les Français occupent une partie de l’Allemagne actuelle. Malgré cette occupation, les idéaux de la Révolution font des adeptes. Sous la domination de l’Empire napoléonien, les défilés carnavalesques sont tolérés. Après la chute de l’empire de Napoléon, les Prussiens remplacent les Français et se comportent sévèrement à l’encontre des carnavals, jusqu’à les interdire dans l’espace public. À partir de 1823 (fondation du comité des fêtes de Cologne), les couleurs de la République française dominent lorsque les carnavals sont de nouveau autorisés, mais seulement dans des espaces privés ou privatisés.

Les participants y portent des tricornes et des bonnets qui rappellent ceux des Jacobins français. Tout en s’abreuvant autant qu’ils le peuvent, ils jugent à la manière des tribunaux révolutionnaires français et raillent les politiciens du moment, tout en rêvant de liberté, voire d’autonomie.

Pourquoi le 11 ?

Mais pourquoi le nombre 11 ? Peut-être à cause de la vue trouble de celles et ceux qui abusent du schnaps : Au lieu d’énumérer 1, 2, 3, 4…, ils voient double : 11, 22, 33, 44 etc… Peut-être aussi parce que le nombre 11 symbolise la transgression, nombre « premier » coincé qu’il est entre le 10 et le 12.

À la fin du 18e siècle, de nombreux Allemands ont vu dans la Révolution française et sa République un espoir de renouveau et d’émancipation. Ludwig van Beethoven partageait cet idéal. Mais les Allemands ne pouvaient alors exprimer leurs sentiments qu’au travers de l’art ou des licences du carnaval.

En allemand, le nombre onze s’écrit ELF. Une explication non officielle de la relation entre le nombre 11 et la date choisie pour commencer de fêter le carnaval serait donc liée au triptyque de la République française, pris en désordre : Égalité, Liberté, Fraternité.

Réoccupation

Dès la fin de la première Guerre mondiale, l’armée française occupe de nouveau la Rhénanie. Elle y comptera jusqu’à plus de cent mille hommes, une impressionnante  force militaire destinée à obliger l’Allemagne, entre autres, à verser des indemnités de guerre.  Il n’est pas certain, cette fois, que l’occupation française d’après la Grande Guerre ait été bien accueillie. Elle y sera présente jusqu’au début des années 30. La Rhénanie restera démilitarisée jusqu’à ce que les nazis y fassent entrer les troupes allemandes au printemps 1936.

Émission d’Arte* « Karambolage » 449 du 11 novembre 2017 – Nikola Obermann.

* Contrairement à ce qui est dit dans l’émission, les carnavals furent tolérés en Rhénanie par l’Empire français.

Ci-dessous – Photos Blog – Une Savoyarde à Cologne.